La compagnie HOP est en pleine effervescence. Les négociations entre syndicats et direction, engagés depuis plusieurs semaines sont cruciales et en cas de désaccord persistant, un mouvement de grève pourrait bien se déclencher durant les fêtes. Aucun préavis n’est déposé, mais il semble que le SNPL national se soit, pour une fois, engagé aux côtés des pilotes de la compagnie régionale contre la stratégie de la direction. En effet, faute d’un accord signé commun entre les trois compagnies, BritAir, Régional et Airlinair, les dirigeants de la compagnie HOP ! veulent imposer un accord d’entreprise de manière unilatérale, ce avec l’aval de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC). Cette option n’est pas à proprement parler un coup de force puisqu’il est contenu dans le code de l’aviation civile. Ainsi, pour permettre une exploitation sereine, un accord d’entreprise peut donc être instauré, sans consultation des syndicats. Cette tactique réglementaire a soulevé un tollé au sein des syndicats qui ont demandé de s’asseoir à la table des négociations pour amender sensiblement un texte de 260 pages qui traite du fonctionnement global de la compagnie. Depuis, les syndicats négocient mots à mots, paragraphe par paragraphe. Réflexion d’un cadre de la direction : « au moins, ils l’auront lu une fois ». En marge de cette négociation (certains articles sont d’ores et déjà ont été validés par les deux parties), le SNPL national entend peser de tout son poids pour monter que l’on n’impose rien, d’abord aux pilotes, mais également aux salariés du groupe Air France. Et cette action pourrait donc prend la forme la menace d’une grève. De surcroît, la négociation risque de se durcir puisque les chapitres sur les conditions de travail et les salaires ont été gardés pour la fin…