Au plus loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu faire ce métier mais on m’a toujours dit que je n’étais pas assez bon en maths… Classique. En 1978-1979, l’ENAC est fermée. Je vais grenouiller, faire du droit et devenir analyste programmeur. Un proche me révèle la voie des clubs et je passe assez vite mon TT pour mon plaisir à Aix-Les-Milles. Je travaille dans des sociétés aéroportuaires, mais la voie professionnelle m’était financièrement inaccessible jusqu’à mon licenciement économique qui me permet alors de financer mon PP IFR au sein de l’IAAG, à Merville. C’est la période de la transition avec l’Europe et les JAA. Les premiers résultats sont catastrophiques au plan national.

[…]