Par Jean-Michel Bossuet, Photographies Airborne Concept et Gersande Bignon.

Établi en finale, le pilote est calé sur son plan. Le moment pour « voir et, surtout, éviter », d’autant que les autres aéronefs ne sont pas faciles à discerner. La Tour les sépare. Soudain, le pilote vire brusquement pour éviter un drone qui n’avait rien à faire là. Il était de petite taille et les effets d’une collision auraient sans doute eu peu de conséquences. La Tour est prévenue, un airprox est déposé… La rencontre avec un drone est une des préoccupations des pilotes. Mais cette collision présente quand même une faible probabilité de se produire. La réglementation est assez bien faite et la séparation des aéronefs bien pensée, pourvu qu’elle soit… respectée.

Souvenez-vous, en septembre dernier, plusieurs centrales nucléaires ont été survolées par des drones sans que l’État ne puisse connaître les coupables. Ces survols illégaux (au regard de la zone d’exclusion autour d’une centrale) et d’autres au-dessus de l’Élysée, associés à une montée des menaces de terrorisme ont été des facteurs anxiogènes au sein de notre population. Les drones se sont ainsi révélés au grand public sous de l’angle de la menace potentielle venant du ciel.

[…]