Nous ne verrons probablement jamais le XM-Weather en Europe. Cette solution de transmission de données par satellite s’appuie sur une constellation qui émet sur des fréquences indisponibles chez nous. Impossible pour le consortium XM de justifier des investissements colossaux dans les moyens spatiaux. L’ADS-B, solution entièrement gratuite aux USA, n’est pas mieux loti, l’UAT n’étant pas au programme. Du coup, les pilotes européens doivent se contenter de solutions basées sur des offres d’Iridium, GlobalSat et Thuraya pour pouvoir recevoir des données météo en vol. Les débits ne sont pas remarquablement élevés, tout juste suffisants pour permettre la réception de données texte, de cartes simplifiées et de faire de l’envoi de position. Pourtant, les développeurs, souvent des pilotes passionnés, arrivent à créer des algorithmes de compression, à resserrer les informations transmises et à compacter les graphiques pour obtenir des solutions viables.

[…]