Il l’appelle son « poor man’s Spitfire »… Patrick Pierre-Pierre a restauré entre 2010 et 2013 un avion très accessible avec un look de warbird : le De Havilland Chipmunk. L’avion fait toujours sensation dans les meetings par son côté avion militaire, son train classique, sa formule en tandem et un cockpit de chasseur.

Après s’être fait la main lors de la restauration d’un Morane 317, Gilles Carter, son binôme technique sur cette restauration, lui indique qu’un « Chippie » (petit nom anglais du Chipmunk) est à vendre à la Réunion. Il appartient à la famille Adam de Villiers, il est stocké là-bas depuis des années dans des conditions idéales, dans un hangar, abrité sous une bâche. Patrick va suivre à distance le démontage de l’appareil et Gilles s’y rend avant l’achat. Les nombreuses photos prises ne montrent aucune corrosion. C’est bon signe. Il est acheté en juin 2009 et revient par bateau… Il lui faudra trois mois pour atteindre les côtes françaises. Au club de l’ACAA (Aero-constructeurs amateurs atlantique), tout le monde est un peu surpris en ouvrant le conteneur et personne ne sait ce qu’est un Chipmunk… La restauration commence aussitôt avec le désentoilage des gouvernes et des ailes, la peinture anticorrosion n’est pas abimée. Patrick fabrique un support mobile pour déplacer facilement le fuselage et des supports pour maintenir les ailes droites. Les gouvernes sont démontées, profondeur, ailerons… « Lors du démontage, je prends beaucoup de photos et beaucoup de notes et surtout, je stocke minutieusement toute la visserie qui est très particulière, je regarde chaque filtage… » Rapidement, il va falloir changer la verrière, c’est un long travail de précision, les vis sont en alu, il faut être vigilant. Le résultat est là, en cas de pluie, pas une goutte ne s’insinue dans l’habitacle

[…]