Par Jean-Michel Bossuet, Photos Tecnam & auteur.

La plupart des clubs cherchent l’avion idéal de nouvelle génération. Un aéronef de préférence certifié, économe, moderne, disposant de lignes fluides et susceptible d’attiser chez les jeunes le goût de l’aviation. Certains le souhaitent apte au vol de nuit. Il faut trouver des remplaçants aux Rallye et autres C152, voire au DR 400 qui continue de remplir parfaitement son rôle d’avion-école au plan technique. On peut même dire, sans jouer les « Mesdames Irma », que cela va encore durer un temps, mais que le coût de la maintenance et le prix des pièces finiront par avoir raison de son usage.

Le nouvel engouement pour la modernité, espéré par les présidents de clubs, doit également compenser, en cette période difficile, la baisse des heures de vol qui affectent les associations. À côté de l’aviation de club certifiée classique, les présidents voient également, certainement avec un peu d’agacement, le développement insolent du mouvement ULM qui compte aujourd’hui plus de 15 000 adhérents, séduisant toujours plus d’amateurs de la troisième dimension. L’offre sur le marché des avions modernes certifiés reste malgré tout limitée surtout si en plus, on assortit la demande d’une aptitude au vol de nuit.

[…]