Peu sensible aux arguments des compagnies aériennes, ADP avait prévu dans son contrat de régulation économique (CRE) d’augmenter ses redevances aéroportuaires, de l’ordre de 1,8% pour 2017. La commission consultative économique, composée de professionnels du transport aérien a opposé un refus catégorique aux propositions d’ADP. Les représentants de compagnies aériennes ont fait valoir que ces redevances avaient augmenté de 37% entre 2005 et 2016 alors que, reprenant le cas d’Amsterdam Schipol, ces mêmes redevances ont baissé de 4% durant la même période. La FNAM ne se prive pas de rappeler que les compagnies aériennes, notamment celles du pavillon français, ont pas mal souffert de la crise. Aujourd’hui, c’est l’autorité de supervision indépendante (ASI) qui doit rendre son avis. Rappelons que l’ASI (nouvelle version) avait été installée en juillet 2016 par un décret stipulant qu’elle ne doit pas recevoir d’instruction venant du ministre chargé de l’Aviation civile et qu’elle doit exercer ses compétences de manière impartiale. Elle est composée de trois membres du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), Marianne Leblanc Laugier, Thierry Lempereur, Jean Marcel Pietri, et deux membres reconnus du monde du transport et de l’aérien Christina Descheemaeker et Caroline Emonet-Fournier.