Le constructeur français de pots d’échappement, de silencieux et de pots accordés Scai Tech ne rencontre pas un succès à la hauteur de la qualité de ses produits. Bien que ses pots offrent un gain de puissance (en donc de consommation) et un gain significatif en matière de décibels, les clubs ne se précipitent pas pour équiper leurs appareils. Une attitude d’autant regrettable que la lutte contre les nuisances sonores est un sujet majeur en matière de défense de l’environnement, un item au cœur des propositions de quelques candidats, pas tous hélas ! Les Canadiens sont plus pragmatiques : ce problème touchant désormais les riverains de leurs aéroports et aérodromes, Transport Canada a donc décidé de s’attaquer au sujet. Il y a plusieurs mois, un grand constructeur allemand de pot a bien essayé de se placer sur ce marché en développant un prototype avec Embry Riddle, mais sans succès. Les Canadiens semblent avoir été déçus par le produit et se tournent désormais vers Scai Tech pour démarrer une campagne de tests avec à la clé une commande conséquente. Dans un premier temps, une centaine d’avions pourraient être équipés ; cela représente peu de chose pour le Canada, mais un sérieux coup de pouce pour la jeune entreprise française qui, rappelons-le, a déjà été choisie pour équiper la machine d’origine américaine qui « nettoie » le pont du Charles de Gaulle. Scai Tech attend un feu vert (un peu long) de l’administration pour pouvoir pleinement se lancer sur ce marché. Pour l’heure, l’entreprise s’est lancée dans la certification d’un pot accordé pour un PA 32 et, comme pour la plupart des modèles avec des STC Scai Tech, un gain de gain de 15% de puissance est attendu. L’entreprise prépare également un pot spécifique pour l’ULM Shark en vue d’un record de vitesse.