Je vole depuis des années en tant que passager. Et puis, un jour, la rédaction m’a demandé de passer aux commandes. Première question : savoir sur quoi apprendre : ULM ou avion ? L’ULM est, à mes yeux, la voie moderne de l’apprentissage. Ces engins sont devenus fiables et leur coût d’utilisation est raisonnable. J’aime également l’esprit un peu libertaire de l’ULM. Même si j’apprends sur un Sirius qui a toutes les caractéristiques d’un avion, notamment son aérodynamisme. Pour mon école, j’ai choisi Mach 01. Mon premier critère, comme souvent, a été sa proximité avec mon domicile et mon lieu de travail. Je voulais aussi une école « structurée », tout au moins une qui me laisse cette impression. J’avais déjà pu apprécier le sérieux et l’ouverture d’esprit d’Alain Leboulenger, son dirigeant, à l’occasion du salon de Blois, et ce dernier est tout naturellement devenu mon instructeur par la suite.

Alain m’a fait débuter sur un Tecnam P92, une bête de somme rustique, simple, démonstrative, une sorte de Skyranger en un peu plus moderne. Cet ULM est un peu étroit ; il fallait se baisser, presque se contorsionner pour s’installer à son bord, mais j’ai bien aimé ce cocon métallique. Et c’est Jacky Gillot qui a été mon premier instructeur, un retraité instructeur avion/ULM et un spotter réputé dont nous avons publié plusieurs photos.

[…]