Le Professeur Henri Marotte, pilote privé et médecin, directeur de la Capacité de Médecine Aérospatiale de Paris et membre du Conseil Médical de l’Aéronautique Civile, nous expose les risques liés à une immersion accidentelle en mer et les moyens pour y survivre.

L’immersion accidentelle expose le naufragé à deux risques immédiats ou rapides : la noyade et l’hypothermie, définie comme la diminution de la température du corps. Ne se posent que plus tard les questions d’eau et d’alimentation. Le risque immédiat de noyade est correctement pallié par le port d’un équipement adapté (gilet de sauvetage). Reste l’hypothermie, pour laquelle deux données doivent être connues : – La température de neutralité thermique du corps humain dans l’eau : il s’agit de la température d’eau qui équilibre la production de chaleur du corps humain au repos, immobile dans l’eau ; cette température est de 32 à 33 °C. Une eau à 28 °C, confortable en piscine, ne permet pas l’équilibre thermique au repos. – La température moyenne de l’eau au large des côtes françaises : 13 °C. Pour généraliser, nulle part sur Terre la température de surface de l’eau n’est supérieure à 28 °C.

[…]