Pilote de combat

– Dans l’Armée de l’air : Devenir pilote dans l’Armée de l’air requiert un réel engagement qui associe une passion à une volonté intime de servir sa nation.
– Dans l’ALAT : L’Armée de terre et sa composante aéronautique, l’ALAT, effectuent une mission difficile dans la bande sahélo-saharienne : traquer les groupes terroristes chez eux.
– Dans l’Aéronautique navale : La Marine nationale est de dimension plus modeste que l’Armée de l’air, mais elle est capable de projeter sa puissance sur toute la planète.

Carrière : Olivier Monnot

Que dire d’Olivier ? Peut-être que, comme beaucoup avant lui, son inébranlable passion l’a mené où il voulait : en place droite d’un avion de ligne après avoir été pilote d’aviation d’affaires et CDB sur Beech 200.

Raoul Danesekouman

Après un ATPL à l’ESMA, Raoul a été porté par des vents favorables : copi court-courrier à Bruxelles, copi long chez Emirates et « cruise captain » chez Norwegian. Une trajectoire quasi parfaite.

Patrick, CdB aviation d’affaires

Il a commencé sa carrière sur un classique Beech 200 avant de passer progressivement sur jet, puis d’intégrer une compagnie aérienne avant de devenir une figure de NetJets en Europe. Il travaille aujourd’hui à Hong Kong sur Bombardier Global 6 000. Un parcours atypique et sympa.

Aviation-et-Pilote_pilote-de-ligne

Yvan, CdB Air Méditerranée

Yvan Chome a choisi d’être pilote de ligne sur le tard après un premier emploi. Après un cursus en Angleterre et un début de carrière chez flybe, il est revenu en France chez Air Méditerranée.

Gérard Arnoud

Gérard Arnoux a commencé sur Cessna182 comme pilote privé avant de sillonner le Gabon dans tous les sens. De retour en France, il a volé dans l’aviation d’affaires avant de rentrer au sein de la compagnie nationale. Il est devenu expert aéronautique.