Alors que la France attend que la réglementation ULM passe à 500 kg, Rotax offre avec son 915 d’autres perspectives pour le haut du marché de l’avion léger : la catégorie des VLA. Bristell Germany a conçu un avion dans cette dernière catégorie, celle des Very Light Aircraft à partir d’une cellule d’XL 8, sensiblement renforcée. Le constructeur y a greffé le moteur Rotax 915 certifié en décembre et qui développe 141 ch. La boucle est bouclée : les ULM sont devenus des avions et ils disposent désormais d’un moteur assez puissant pour offrir des performances et une maintenance plus légère que nos bons vieux avions CS23, gourmands en carburant et en frais d’entretien. En fait, ce n’est qu’une demie surprise : la voie des VLA avait été ouverte par les Aquila et autres Diamond katana. Ce que le marché attendait, c’était assez de puissance pour permettre à ces nouveaux ULM lourds d’être de vrais avions de voyage. Là, encore, on pouvait imaginer que Rotax réagisse en produisant ce que les constructeur espéraient : une version musclée de son 912 qui a acquis ses lettres de « fiabilité », tout au long de ces années. Notre confrère Flieger nous dévoile un XL 8 (on ne sait pas encore s’il s’appellera comme cela en version VLA) qui sera avion avec une masse maxi de 750 kg ! Il dispose de 1,30 m aux épaules et est équipé d’une avionique de liner. Il croisera à une vitesse de 120 kt, pas un foudre de guerre compte tenu de la puissance et disposera d’une autonomie d’environ 6h de vol (consommation de 20 litres pour 120 litres de carburant ). On retrouvera les avantages du XL8, une cellule solide, des coffres à bagage dans les ailes et bientôt un train rentrant. Le renouveau de l’aviation générale est bien là, dans cette solution simple : des cellules légères et un moteur Rotax. D’ailleurs, Nogaro Aviation mise aussi sur ce GMP pour redonner un coup de fouet à des Robin DR 400 d’occasion. Tecnam s’intéresse également au 915, sans doute pour ses VLA. Par ailleurs, ce moteur est également attendu par les constructeurs qui réfléchissent à un quadriplace. Le WT10 de Dynamic serait dans un premier temps la machine idéale pour ce type de moteur. On ne connaît pas le prix du Bristell VLA, sans doute non loin des 200 000 euros. Ce que l’on sait, c’est qu’il ne devrait pas être à Aero 2018.