A l’heure où les avions ultralégers de type LSA se fraient un axe vers les clubs, les DR400 résistent à la tentation du plus léger et du moins cher. Ainsi, le club de Bondues vient de recevoir un DR400 Diesel motorisé par un Continental deux litres de 135 ch ; les dirigeants ont opté pour la formule de location afin de l’essayer… Il faut dire que le club est quasiment mono Robin avec 8 avions aux ailes coudés sur les 11 appareils de la flotte et que le chef pilote est également « Robinmaniac ». Pour l’heure, les retours sont positifs, l’appareil est exploité à prix coutant et au même tarif que les DR 400 120 qui forment l’escadrille d’avions école, soit environ 130 euros de l’heure (sans l’instruction). Au plan des coûts, le gain n’est pas significatif puisque la location s’ajoute aux frais d’exploitation. C’est pourquoi les dirigeants du club, si l’intérêt pour le Diesel se maintient, pourraient alors acheter l’avion, une solution qui permettrait à l’association de gagner un peu d’argent, toujours utile pour la trésorerie. Toutefois, on ne se dit pas hostile aux avions légers mais le terrain est mal cabossé et il faut donc des trains solides, surtout en instruction. Plusieurs membres du club ont essayé avec satisfaction le Sonaca 200 mais ils le trouvent un peu cher alors qu’il n’est qu’à 205 000 euros TTC.