Sept garçons et une captain… C’est le thème d’un clin d’œil original que la compagnie easyJet a réalisé pour mettre en avant un volet important de la formation de pilotes dans ses rangs : le programme Amy Johnson lancé en 2015 dont l’objectif est de permettre aux femmes d’accéder au métier de pilote. Ce programme part d’un constat : la présence des femmes au sein des cockpits est désespérément faible, environ 5% de l’ensemble des pilotes sur la planète. De plus, face à une croissance continue de son activité, la compagnie a un besoin perpétuel de pnt. S’appuyant sur ce constat, le compagnie anglaise entend inverser la tendance et « féminiser » un peu plus les postes de pilotage ; elle souhaite parvenir à un effectif de pilote comportant au moins 20% de femmes. Une initiative unique dans un monde viril où le mythe du pilote ne peut se dissocier d’une image (très inconsciente…) de sauveur ou de guerrier… Le succès du programme semble assuré puisque le taux est passé de 6% en 2015 à 13% en 2017 ! Incroyable. La compagnie ne se contente pas de coopter celles qui sont déjà employées ; elle s’efforce d’accroître la visibilité de ses pilotes, y compris hors des aéroports, cela en visitant les établissements scolaires. L’intérêt de la scène jouée au sein de l’aéroport de Southend à Londres était bien d’imprimer dans les esprits des spectateurs/passagers que l’on peut à la fois envisager des femmes dans les cockpits mais que cette vocation pouvait naître également de bonne heure chez les filles si bien sûr on ne les en dissuade pas. Le rôle de la jeune fille pilote était tenu par Hannah Revie, fille d’Emily Revie, captain d’easyJet. Cette dernière vient, elle même, d’une famille de pilotes, et durant sa petite scolarité, on lui avait dit à plusieurs reprises d’envisager d’autres métiers… Les temps continuent de changer et les femmes continuent de prendre leur envol.