Le 16 mai, à Vinon sur Verdon, un DR 400 remorqueur a perdu une pale au décollage, le pilote n’a pu passer à côté, il a donc coupé le moteur et s’est posé au plus vite. Il s’agit d’une rupture d’une partie du moyeu qui a donc « libéré » la pale. Les conséquences ont été sérieuses puisque le bâti-moteur a montré des traces de criques. Il s’agit d’une hélice DUC Flair-2 certifiée, sur les remorqueurs, elle devait remplacer l’hélice Sensenich d’origine. Le BEA s’est saisi de cet événement grave pour une hélice certifiée. Le moyen et le métal sont en cours d’analyse, mais DUC hélices a émis un bulletin service enjoignant les propriétaires de cette hélice à déposer la DUC pour reprendre leur ancienne « batteuse », jusqu’à nouvel ordre. Du côté de chez DUC, on ne connaît pas la raison de cette rupture, la fabrication est tracée, elle a été accomplie dans les normes habituelles de fabrication, liées à la certification. Mais on n’exclut pas un impureté dans le métal, voire un problème de serrage ; les responsables sont d’autant plus surpris que cette rupture est officiellement un cas isolé. Il a y bien eu par le passé une rupture de pale sur le modèle de pré-certification mais depuis tous les problèmes ont été totalement résolus. L’incident est de portée limitée puisqu’une quinzaine d’hélices sont concernées parce BS. Et DUC n’a pas pour l’heure d’hélice de rechange. Les clubs doivent donc reprendre leur ancienne hélice.