Il s’agit d’un rapprochement intéressant dans le milieu de l’aviation d’affaires d’entrée de gamme : Wijet, la compagnie française d’aviation d’affaires fondée par Corentin Denœud, vient de racheter Blink, basée à Londres et son principal concurrent son concurrent en Europe. Fondées respectivement en 2009 et 2006, les deux compagnies ont été les premières compagnies en Europe à utiliser le Citation Mustang de Cessna (catégorie Very Light Jet) au travers du Taxijet, les deux dirigeants souhaitant rendre l’usage d’un jet aussi facile que le taxi. La flotte comporte désormais 15 appareils, la maintenance sera fort logiquement assurée en Grande-Bretagne (coûts moindres) tandis que le siège et les services centraux resteront au Bourget. Au travers de ce rachat, Wijet va regrouper deux clientèles : celle du BtoB, développée par Blink et celle plus classique du corporate et du particulier développée par la compagnie française. Ce rachat permet surtout d’étendre la zone d’influence de Wijet à toute l’Europe. Blink était basée à Blackbushe airport et disposait également d’une base à Gênes. Wijet est basée au Bourget, avec des appareils positionnés à Bordeaux, Lyon, Cannes, mais également Bruxelles, Genève et le Luxembourg. L’effectif captain/copilotes est de 65 personnes. En 2017, Wijet prévoit d’opérer 11 000 vols et de transporter plus de 16 000 passagers, avec l’ambition de générer un chiffre d’affaires de plus de 28 millions d’euros. À noter que les deux compagnies devraient intégrer la plateforme de réservation en temps réel, Openjet, avec réservation en ligne par internet ou via smartphone. D’ici 2020, l’objectif de Corentin Denoeud est d’opérer une cinquantaine d’avions en Europe, mais pas seulement. Depuis 2014, Wijet est le partenaire exclusif de La Première d’Air France pour l’acheminement des passagers de et vers l’aéroport de Charles de Gaule en connexion avec un vol long-courrier.