Après avoir initié un rapprochement avec Norwegian Airlines, easyJet au travers de sa plateforme « Worldwide par easyJet », avait frappé un grand coup en réalisant l’intégration de deux low cost sur des secteurs complémentaires, longs et moyen-courriers. La compagnie britannique récidive en intégrant cette fois d’autres compagnies, non estampillées low cost dans son projet d’intégration. Les deux principales sont Corsair et La Compagnie. Il s’agit d’une alliance intelligente entre un feeder moyen-courrier et des compagnies long-courriers. La première devenue compagnie régulière dessert l’Océan indien, les Caraïbes et l’Afrique, la seconde, La Compagnie, dessert New York en classe business. Dans la catégorie long-courrier, la compagnie italienne Neos offre également des vols loisir de manière saisonnière. En fait, ce rapprochement entérine une situation choisie par les passagers de ces compagnies : emprunter easyJet pour attraper les vols parisiens de Corsair ou de la Compagnie. Pour cette dernière, les passagers en connexion représentent déjà 8% de la clientèle. Esayjet a su également attirer Aurigny Airlines qui dessert les iles de la Manche. La compagnie easyJet coupe ainsi l’herbe sous le pied de sa concurrente Ryanair qui cherchait également ce genre de débouchés. Avec la plate-forme « Worldwide par easyJet », les passagers achèteront un billet unique et surtout les quatre nouvelles partenaires seront vendues sur le site internet d’easyJet, ce qui représente 360 millions de visiteurs, un levier de croissance inespéré pour ces compagnies. Pour easyJet, l’enjeu est également prometteur : ces compagnies représentent 3 millions de passagers et plus de trente destinations. À noter qu’easyJet a programmé le référencement sur Google Flights. Cette opération n’est sans doute que le début : d’autres compagnies pourront être intéressées, Aer Lingus, Aigle Azur… Cela place également easyJet dans une position privilégiée pour devenir propriétaire d’une compagnie long-courrier, le moment venu. JMB