On a tous vu ou entendu parler de ces pilotes américains qui mènent des attaques en Afghanistan, en Irak ou en Syrie en pilotant depuis leur base aux USA des drones de combat grâce à une liaison satellite. L’avantage de la formule est évident : en cas de coup dur, on ne perd que la machine, le pilote, lui, n’a que son amour-propre de touché et peut rentrer tranquillement chez lui se consoler avant de reprendre ses missions le lendemain après un bon débriefing… La tentation de reproduire dans le civil ce que l’aviation militaire a en partie réalisé avec ses aéronefs sans pilote ou plus exactement piloté à distance est donc très grande, d’autant que les militaires américains envisagent très sérieusement que la prochaine génération de drone, soit en partie, voire entièrement, autonome. Il s’agit bien là de supprimer tout pilote humain.

[…]