FAE AVRIL 2017 – BANNIERE

Au sommaire ce mois-ci dans votre magazine :

Diamond DA50-V

Après dix années d’efforts et de recherches côté motorisation, Diamond Aircraft a choisi le moteur diesel Safran-SMA pour la versio...
Lire l'article

Garmin Pilot devient européen

Toujours à la poursuite du Saint Graal des assistants de préparation et de suivi de vol, nous vous rapportons fidèlement toutes les nouve...
Lire l'article

Aero Friedrichshafen

Aero Friedrichshafen, c’est en quelque sorte le poumon de l’aviation générale en Europe. C’est le salon des nouveautés, des tendanc...
Lire l'article

Prise de Cb contrôlée

Deux amis connaissaient le danger mortel que représente un cumulonimbus et pourtant ils y sont entrés ! Récit d’un vol qui aurait pu ...
Lire l'article

Mes premiers tours de piste

Interrompre sa formation de pilote n’est pas la chose à faire. Il faut retrouver les fondamentaux, ses repères et décider de ne plus la...
Lire l'article

La responsabilité du vol en aéro-club

Régis Hua-Van, pilote de ligne et instructeur en club, nous interpelle sur la notion de responsabilité telle quelle est perçue dans les r...
Lire l'article

Emotion et raison

La grande famille de l’aviation, toujours unie dans les bons instants comme dans les mauvais, pleure le décès accidentel à Chelles ce 9 avril d’une jeune femme de 27 ans le jour de son lâcher. L’émotion est sincère devant la tragédie que représente la perte d’une jeune vie. Elle est d’autant plus paroxystique que cet accident est arrivé le jour le plus attendu dans la vie d’un pilote, dont chacun se souvient de tous les détails jusqu’à la fin de sa vie, de sa surprise à piloter un avion différent car il a perdu 80 kg d’instructeur, et de son émotion à être seul maître à bord pour la première fois. Une première fois qui compte énormément, mais pas plus que toute autre découverte, empreinte de trouble et d’étonnement.

Tous les médias ont été en émoi et, comme on pouvait le craindre, les réseaux sociaux jouent une fois de plus un rôle d’exutoire, les commentaires s’enchaînent, s’accumulent par centaines. S’y trouvent accusés de médiocrité, plus ou moins directement, les instructeurs, la DGAC, la FFA… On y dénonce aussi les « merdes volantes », les « trapanelles à pédale », les avions « low cost »…

Si les pilotes sont heureusement nombreux à tenter de modérer les propos de ceux, souvent des amis, qui se posent en experts ès aviation, pilotage ou construction aéronautique, ces posts virulents sont préoccupants car ces « expertises » se propagent à la vitesse d’un feu de forêt, arrivent sur les smartphones d’une foultitude de béotiens à la recherche d’information, incultes en matière d’aviation, qui se font donc des idées fausses et auront donc des a priori négatifs sur les ULM, les petits avions et leurs pilotes, alors qu’ils avaient peut-être imaginé le devenir un jour.

Voici ce que publie le BEA, l’Autorité donc, sur cet accident : « Au cours de son premier lâcher solo en circuit d’aérodrome, l’élève effectue une remise de gaz après un rebond. Au cours de la seconde tentative d’atterrissage, l’avion rebondit, le pilote remet les gaz, puis perd le contrôle de l’avion qui s’écrase dans un champ. » C’est tout pour l’instant. Rien n’incrimine donc personne. Mais on comprend bien l’impatience des pilotes, guidée par de nobles raisons qui n’ont rien à voir avec l’hémoglobine, mais il faut laisser du temps au temps.

Ce que je peux leur dire, car j’ai évidemment été déconcerté par quelques témoignages spontanés de certains qui « savaient », c’est que rien de ce qui nous a été confié par nos amis policiers au stade d’une enquête préliminaire ne permet d’incriminer ni la jeune pilote, ni son instructeur, ni l’avion, ni la météo, ni les conditions du déroulement de ce premier solo.

Nous ne devons pas laisser l’émotion dicter notre plume ou notre parole. Bien sûr, direz-vous, c’est une attitude propre aux vieux lions qui ont reçu tellement de coups de griffes qu’ils n’osent plus commenter à chaud et préfèrent comprendre à partir d’informations vérifiées.

C’est vrai, sans doute, nous avons réagi à chaud plus d’une fois, par exemple lorsque notre ami Ivan de Somow s’est tué avec Jean Grinvalds : un accident survenu aux commandes d’un prototype piloté par un pilote de ligne n’ayant pas l’expérience d’un pilote ou ingénieur d’essais, certes, mais un pilote averti qui n’avait pas souhaité m’emmener pour ce vol parce qu’il s’agissait d’un proto. Nous avions toutes les raisons d’être bouleversés car, d’un côté il y avait nous, les apprentis sorciers qui jouions avec le feu par obligation, et de l’autre les constructeurs, incapables, du moins le pensions-nous à l’époque, de construire l’avion léger, bon marché et formateur, propre à attirer une nouvelle clientèle vers les aéro-clubs et à nous donner l’envie de voler pour le plaisir.

L’histoire est cruelle quand on voit que l’évolution que nous espérions de toutes nos forces il y a 30 ans, à savoir des appareils pas chers, peu motorisés pour consommer peu, allant vite tout en restant pilotables par tout le monde, est aujourd’hui vilipendée par des pilotes réputés ou par des pseudo experts à l’expérience limitée, sous prétexte d’un accident.

Non, l’émotion ne doit pas l’emporter sur la raison !

Actualités

Carnets de vol

Les récits de nos lecteurs

  • LIRE CE RÉCIT
    Convoyeur de TBM
    Le ferry pilot fait partie d’une espèce privilégiée. Il reste le seul professionnel payé pour piloter des avions de tous types, dans des conditions compliquées, partout à travers la planète. Jacques Callies a voyagé vers Miami en TBM 930 aux côtés de Jacques Raissiguier, dit Jack.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Let's fly away to the sun !
    Partir à l’aventure le nez au vent ou plutôt tourné vers le soleil, sans effectuer aucune réservation, tel a été le choix de Fred et de Nico cette année. Une sage décision quand on pratique le voyage VFR puisque leur tour de France s’est transformé en navigation vers la Suède.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Iles Feroe, Vagar, si désiré
    Vágar, le seul aérodrome des Îles Féroé, est l’escale rêvée lorsque l’on vole vers l’Islande. Malheureusement, pluie et brouillard recouvrent le secteur 260 jours par an en moyenne. Le rêve de Jacques Callies était donc de pouvoir enfin s’y poser. Récit d’un vol assez compliqué.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Cap Nord à tire-d'aile
    Propriétaire d’un TB20, Colombo Vandi a entrepris avec Agnès un périple dont ils rêvaient : rejoindre le Cap Nord, dans le comté de Finnmark, en Norvège. Ils ont décollé de Fano, en Italie, destination l’aéroport de Valan-Honningsvag.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Tour d’Écosse
    Frédéric Braun et ses amis, pilotes privés hélicoptères, décident de sortir de leurs habituelles navigations pour aller plus loin : destination l’Ecosse. Ils sont partis à six en juin avec deux Robinson R44.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    De Miami à San Francisco
    Vincent et Thomas, après avoir passé leur ATPL en Angleterre, ont décidé de monter leurs heures aux États-Unis. Ce choix les a conduits à traverser le pays d’est en ouest en Cessna 152. Un voyage de 19 jours avec 5 800 Nm parcourus en 88 heures de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voyager pour monter ses heures: Charleroi Marrakech
    Donald et Bastien, en formation pour devenir pilotes de ligne, entreprennent de rejoindre le Maroc en PA-28 depuis la Belgique pour monter leurs heures de vol. Ils sont partis 11 jours et ont effectué 36 h 54 min de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Et si vous décolliez sur les traces de Saint-Ex ?
    Directeur du Rallye Toulouse Saint-Louis, Jean-Jacques Galy aimerait vous entraîner à votre tour à travers le continent africain jusqu’à Dakar. Il raconte avec passion Daurat, Mermoz, Saint-Exupéry… et tous les autres, bien vivants cette fois, qui ont suivi la dernière édition.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Découvrir l'Australie en C172
    CARNET DE VOL Découvrir l'Australie en C172 Par Régis Hua-Van, Photos de l'Auteur et Josiane Ayant la chance d’avoir de temps à autre 48 heures d’escale à Melbourne, je réalise le rêve de beaucoup de Français attirés par les contrées lointaines. Avec ses 17 000 km depuis Paris, Melbourne répond donc à ce critère d’éloignement et...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voir Tan-Tan...
    Quiconque s’intéresse aux « choses de l’air » s’intéresse aussi à ceux et celles qui construisirent la saga aéronautique. Quand, en plus, le terrain de leurs aventures n’est pas si éloigné, Tan-Tan, alors on prend son atlas et on ouvre Google Earth, puis on regarde un peu plus en détail les...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Vers les Cyclades
    Elie Bensimhon a rejoint le Rallye Aero France pour sa 21e édition: destination les Balkans et la Grèce. Soleil, mer bleu azur et culture étaient au rendez-vous.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Oléron, Terre d'envol
    L’île d’Oléron au bord du pertuis d’Antioche est une destination estivale appréciée. Entre les pilotes de passage et les aviateurs autochtones. La découverte d’une (presque) île par les airs est une invitation au voyage. Les Ailes Oléronaises vous accueilleront autour d’une bière locale!
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Cap sur les Shetland
    En juin, dix pilotes de la Flying Badgers Team ont décidé de rejoindre les îles Shetland en passant par les îles françaises de l’Atlantique, les îles Anglo-Normandes, l’Irlande et les îles Hébrides, et un retour par l’Angleterre.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Rallye Aéro-France 2014 : Espagne Portugal
    Après le fabuleux voyage en Israël que Rallye Aero France avait réalisé en 2013, et l'intense préparation qui l’avait précédé, nous avions décidé pour 2014 de faire un parcours plus court, plus simple à organiser. De plus, pour les 20 ans de l’organisation, pourquoi ne pas revenir là où...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    LE CAP NORD EN R22
    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Duis mattis luctus odio id tempor. In metus nulla, auctor eget pharetra ac, sagittis id felis. Mauris rhoncus, diam id vehicula rutrum, lectus arcu porta quam, eget feugiat erat nulla sit amet augue. Praesent a urna non enim varius placerat.
    Lire la suite...