Shell Juin

Au sommaire ce mois-ci dans votre magazine :

Dans GUMPS, il y a mixture !

Lors de n’importe quelle action de pilotage, on doit effectuer la « do-list » appropriée. C’est une action facile à mémoriser car les items qui la composent sont organisés de façon logique, généralement à partir d’un circuit visuel. Ensuite, on attrape une « check-list » et on vérifie que l’on n’a rien oublié. Et on refait cela méthodiquement à chaque phase du vol.

C’est ce que tout pilote doit faire mais le fait-il toujours ? On sait bien sûr qu’il y a loin de la coupe aux lèvres et que plein d’excellentes raisons – la routine, le temps, les enfants, la chaleur, le compteur qui tourne, la fatigue – expliquent des dérives mineures qui, parfois, évoluent à la longue vers une transgression totale. Je pense à ces deux pilotes professionnels d’un Gulfstream G-IV dont nous avons parlé l’année dernière, qui volaient depuis longtemps sans check-lists, et qui ont tenté un décollage de nuit avec la gouverne de profondeur bloquée. Leur dernier.

Mais que celui qui n’a jamais enfreint la règle leur jette la première pierre. Ce ne sera pas moi, évidemment, et pour avoir volé souvent en place droite, je connais plein de pilotes qui en prennent à leur aise avec les check-lists à un moment ou un autre de leur vol. Un seul de mes amis est toujours exemplaire, Henri Corderoy, mais celui-ci n’a probablement pas le choix puisqu’il lui manque l’ouïe : isolé dans sa bulle, pourrait-il s’en sortir en cas d’oubli, comprendre et improviser ?

La routine est l’ennemi en aviation. La répétition des tâches finit par leur enlever leur sens. Et on les effectue en oubliant que ce sont des actions « vitales ».

Début juillet, j’étais invité à bord d’un Cirrus SR22 en tant que safety pilot. Son pilote avait parfaitement géré un premier ILS à Rouen, puis une seconde approche VOR. Je n’avais rien eu à faire, sauf à noter la clairance départ vers Toussus pendant l’approche finale car son dernier exercice exigeait qu’il se concentre sur son plan de descente. Après un deuxième atterrissage parfait, il a remis les gaz et je programmais pour lui la nouvelle route dans l’un des Garmin 430 quand, vers 200 ft, nous avons ressenti de forts à-coups assez irréguliers. Une sensation inconnue en ce qui me concerne, j’ai pourtant vécu plusieurs casses moteur. Comme les voyants étaient au vert, j’ai pensé d’abord à un shimmy de roues, puis aux carénages et aussi au capot moteur, j’ai ainsi imaginé que des pièces d’avion étaient en train de se détacher !

J’ai regardé dehors, n’ai rien vu de suspect et, sans réfléchir plus, j’ai dit à mon pilote que ce n’était pas du tout une situation d’avenir et j’ai prévenu la tour qu’on allait se reposer d’urgence !

Avec le recul, je me sens ridicule mais, sur le moment, j’ai vraiment cru à mon histoire de Cirrus démontable. Nous avons fait un circuit basse hauteur, mon ami a exécuté un posé impeccable devant des pompiers prêts à nous sauver, ceci malgré son stress. Puis la tension est retombée et j’ai vu que la manette de mixture était restée en position croisière vers 15 USG, ce qui est insuffisant pour voler plein gaz. Pourtant, la check-list avant atterrissage GUMPS, le minimum syndical pour un pilote, comporte bien le mot « mixture » !

Je suis aussi plein de regrets car j’ai failli à ma tâche. Il n’y avait aucune urgence à noter la clairance, je n’ai pas surveillé ce que faisait mon pilote et j’ai vraiment manqué de discernement quant à l’identification de la panne. Une tunnelisation mentale dans les règles !

Mais ce qui m’a donné surtout l’idée de cet édito, c’est qu’il est arrivé une aventure similaire à l’un des instructeurs auquel j’ai raconté cette histoire : de fortes vibrations ressenties pendant une phase d’arrivée IFR l’avaient inquiété et lui avaient fait penser à un givrage moteur, ce qui est impossible si l’avion est équipé d’un moteur à injection : donc, son diagnostic avait été aussi farfelu que le mien ! Mais, après enquête auprès de tous les pilotes en fréquence, et comme aucun givrage ne lui était signalé nulle part, il avait quand même pensé à repousser en avant la manette de mixture, lui !

*Gas Undercarriage Mixture Prop Switches

Nos dernières publications

Carnets de vol

Les récits de nos lecteurs

  • Aviation-et-Pilote
    LIRE CE RÉCIT
    Le Cap Nord à tire-d'aile
    Propriétaire d’un TB20, Colombo Vandi a entrepris avec Agnès un périple dont ils rêvaient : rejoindre le Cap Nord, dans le comté de Finnmark, en Norvège. Ils ont décollé de Fano, en Italie, destination l’aéroport de Valan-Honningsvag.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Tour d’Écosse
    Frédéric Braun et ses amis, pilotes privés hélicoptères, décident de sortir de leurs habituelles navigations pour aller plus loin : destination l’Ecosse. Ils sont partis à six en juin avec deux Robinson R44.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    De Miami à San Francisco
    Vincent et Thomas, après avoir passé leur ATPL en Angleterre, ont décidé de monter leurs heures aux États-Unis. Ce choix les a conduits à traverser le pays d’est en ouest en Cessna 152. Un voyage de 19 jours avec 5 800 Nm parcourus en 88 heures de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voyager pour monter ses heures: Charleroi Marrakech
    Donald et Bastien, en formation pour devenir pilotes de ligne, entreprennent de rejoindre le Maroc en PA-28 depuis la Belgique pour monter leurs heures de vol. Ils sont partis 11 jours et ont effectué 36 h 54 min de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Et si vous décolliez sur les traces de Saint-Ex ?
    Directeur du Rallye Toulouse Saint-Louis, Jean-Jacques Galy aimerait vous entraîner à votre tour à travers le continent africain jusqu’à Dakar. Il raconte avec passion Daurat, Mermoz, Saint-Exupéry… et tous les autres, bien vivants cette fois, qui ont suivi la dernière édition.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Découvrir l'Australie en C172
    CARNET DE VOL Découvrir l'Australie en C172 Par Régis Hua-Van, Photos de l'Auteur et Josiane Ayant la chance d’avoir de temps à autre 48 heures d’escale à Melbourne, je réalise le rêve de beaucoup de Français attirés par les contrées lointaines. Avec ses 17 000 km depuis Paris, Melbourne répond donc à ce critère d’éloignement et...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voir Tan-Tan...
    Quiconque s’intéresse aux « choses de l’air » s’intéresse aussi à ceux et celles qui construisirent la saga aéronautique. Quand, en plus, le terrain de leurs aventures n’est pas si éloigné, Tan-Tan, alors on prend son atlas et on ouvre Google Earth, puis on regarde un peu plus en détail les...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Vers les Cyclades
    Elie Bensimhon a rejoint le Rallye Aero France pour sa 21e édition: destination les Balkans et la Grèce. Soleil, mer bleu azur et culture étaient au rendez-vous.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Oléron, Terre d'envol
    L’île d’Oléron au bord du pertuis d’Antioche est une destination estivale appréciée. Entre les pilotes de passage et les aviateurs autochtones. La découverte d’une (presque) île par les airs est une invitation au voyage. Les Ailes Oléronaises vous accueilleront autour d’une bière locale!
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Cap sur les Shetland
    En juin, dix pilotes de la Flying Badgers Team ont décidé de rejoindre les îles Shetland en passant par les îles françaises de l’Atlantique, les îles Anglo-Normandes, l’Irlande et les îles Hébrides, et un retour par l’Angleterre.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Rallye Aéro-France 2014 : Espagne Portugal
    Après le fabuleux voyage en Israël que Rallye Aero France avait réalisé en 2013, et l'intense préparation qui l’avait précédé, nous avions décidé pour 2014 de faire un parcours plus court, plus simple à organiser. De plus, pour les 20 ans de l’organisation, pourquoi ne pas revenir là où...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    LE CAP NORD EN R22
    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Duis mattis luctus odio id tempor. In metus nulla, auctor eget pharetra ac, sagittis id felis. Mauris rhoncus, diam id vehicula rutrum, lectus arcu porta quam, eget feugiat erat nulla sit amet augue. Praesent a urna non enim varius placerat.
    Lire la suite...