Au sommaire ce mois-ci dans votre magazine :

Tecnam P2010

C’est chez Airline Pilot Academy Training, la nouvelle école de pilotage installée à Tours, que Jacques Callies a pu essayer la derniè...

Lire l'article

La sécurité à bord

Nous sommes si à l’aise dans notre cocon préféré que nous ne pensons que rarement aux équipements que nous devrions avoir sous la mai...

Lire l'article

L'altimètre

Dans le cadre de notre environnement habituel, il est des éléments que nous ne voyons plus. L’altimètre, par exemple....

Lire l'article

Enstrom F28F et 480B

Ces hélicos demeurent facilement identifiables grâce à leur look caractéristique. Performants et endurants, ceux-ci conviennent autant a...

Lire l'article

Les vols de contrôle

L’EASA vient de décider que les vols de contrôle après une opération de maintenance devaient être assurés par un organisme de travai...

Lire l'article

Changer son moteur

Découvrir que son moteur est corrodé est une très mauvaise nouvelle qui peut aussi entraîner un vrai parcours de combattant. François B...

Lire l'article

La Grande Galerie restaurée

Le 9 décembre, la Grande Galerie du musée de l’Air et de l’Espace a été inaugurée par Florence Parly, ministre des Armées, e...

Lire l'article

Que faire après un incident ou accident ?

Patrick de la Grange, avocat, et Yves de Boismilon, consultant, reviennent sur les obligations du pilote, et plus largement l’expl...

Lire l'article

APA Training

Plusieurs cadres d’Air France et des militaires reconvertis ont décidé de créer un organisme de formation à Tours. S’appuyant sur un...

Lire l'article

Bienvenue au Sénégal !

Colombo, Agnès et Carles sont repartis avec Roland et Momo sur les traces des héros de l’Aéropostale. Paysages magnifiques, rencontres ...

Lire l'article

Captain Isabelle

Passionnée depuis toujours, elle a forgé son expérience entre l’instruction, le largage de parachutistes et la brousse. Elle vole déso...

Lire l'article

La voie est ouverte !

L’Annus Horribilis, popularisé par la reine Elisabeth II en 1992, a marqué les mémoires. 2019 aurait pu être une année tout aussi horrible pour nous autres, pilotes, cette fois. Une année sombre, marquée par la tolérance zéro, les diktats et incohérences de la réglementation, les exploitants de drones qui convoitent nos espaces aériens, les accidents spectaculaires d’avions privés jetant un discrédit mondial immérité sur tous les pilotes, la fameuse miss Greta et son efficace « aviation bashing », notre Mélenchon, si Français, déplorant à la télé qu’on puisse encore voyager dans un avion piloté par des « vieux » et, pour couronner le tout, le mouvement de contestation contre la réforme des retraites de ces jours-ci. Mais mettons celui-ci à part car il est global et il a l’intérêt de rappeler au reste du monde que nous, Français, sommes différents et valons le détour !

Malgré tout cela, je persiste à rester optimiste grâce aux personnes que je rencontre quotidiennement et aux dossiers sur lesquels nous travaillons, même si la pesanteur administrative ou les intérêts politiques divergents rendent les tâches longues et difficiles. Optimiste car je croise des personnes qui y croient, tout simplement parce qu’elles savent que leur cause est juste, et qu’elles refusent la défaite.

Et puis, il y a le monde des hommes volants que j’aime et respecte plus que tout, si particulier, qui m’aide à voir le verre à moitié plein plutôt que l’inverse. Chaque rencontre, qu’elle soit individuelle au hasard d’un tarmac ou en groupe à l’occasion d’un bruyant dîner de pilotes fanatiques, résonne comme un petit miracle de bonne humeur et d’intelligence, avec son lot de projets et de perspectives joyeuses qui me ramènent sur terre et me rappellent que nous ne vivons pas en enfer, comme on pourrait finir par le croire.

La toute dernière réjouissance à laquelle j’ai participé était organisée à la cantine de l’UNESCO par le nouveau président d’Aviation sans frontières (ASF), le célèbre Gérard Feldzer. C’était un soir de manifestation et de grève des transports, ce qui fait qu’il nous a fallu marcher longtemps, mais cela en valait la peine. Tout d’abord, ce dîner a commencé par une salve d’applaudissements nourris : c’était Jean-Baptiste Djebbari qui faisait son entrée : « Je vous remercie pour votre accueil… Je n’ai plus l’habitude des applaudissements ! Et si je survis à la révolution en cours – je ne vais pas me laisser abattre –, sachez que je salue les pilotes volontaires, les bénévoles, les engagés de toute nature et que c’est un très beau projet qui nous réunit aujourd’hui. »

De quoi diable notre ministre – en principe, c’est bien le nôtre – parlait-il ?

Eh bien, de 40 événements que compte proposer le boulimique Feldzer pour fêter les 40 ans d’ASF en 2020 : un mondial de la simulation, un défilé de mode des uniformes des compagnies aériennes et aéroports, un salon aéropuces, une activité drones, des concerts, 40 oies derrière un ULM, la traversée de la Manche par 40 paramoteurs, un avion autour de la Méditerranée piloté par deux femmes pilotes, l’une israélienne et l’autre palestinienne, etc. Et, connaissant bien « l’animal » depuis le temps que je le pratique, je suis certain que Gérard restera ouvert à toutes les propositions que les uns et les autres pourront formuler.

Cette perspective est d’autant plus réjouissante qu’elle va rappeler à un large public combien les avions sont des outils respectables et, en l’occurrence, indispensables pour sauver des vies et alléger les souffrances. ASF est exemplaire en ce sens, elle est devenue au fil des ans une compagnie aérienne à part entière, avec 54 000 heures de vol cumulées, 90 000 passagers transportés, la plupart en zone de guerre ou de famine. Et quand les Cessna Caravan ne peuvent accomplir la mission, ce sont les Boeing d’Air France qui prennent le relais : ils ont ainsi transporté 13 000 enfants et leurs accompagnateurs bénévoles pour qu’ils soient opérés en France.

Alors, nous avons plus de raisons que jamais de croire en cette aviation générale, raisonnée et raisonnable. Le plus célèbre gourou des airs et des ondes nous a ouvert la voie et il ne reste plus qu’à lui emboîter le pas.

Une autre soirée qui a dopé mon enthousiasme s’est déroulée dans un petit restaurant du XVe. Juste un dîner entre pilotes de tous horizons, des plus expérimentés à ceux qui viennent de rejoindre notre confrérie, mais tous réunis dans un but : trouver une destination pour partager ensemble une aventure aéronautique qui sorte un peu des sentiers battus. Et cette aventure a commencé dès cette soirée. Car réunis par la même passion et les mêmes envies, nous avons commencé ce voyage autour de la table sans vraiment en connaître encore la destination finale. Et c’est sans doute cette fraternité et cette capacité à se rassembler pour vivre selon notre passion qui me poussent sans cesse en avant.

Excellente année 2020 sur terre et, surtout, dans les airs !

Jacques CALLIES

*Source FNAM

Print Friendly, PDF & Email

Actualités

Carnets de vol

Les récits de nos lecteurs

  • LIRE CE RÉCIT
    Week-end à Longyearbyen
    Rejoindre l’archipel du Svalbard et l’Île du Spitzberg en moins de deux jours, c’est le pari réussi de quatre amis. Jacques Callies nous raconte ce vol à travers la Norvège, du sud à l’extrême nord, vers l’un des secteurs les plus beaux de la planète, où l’accueil norvégien est...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Convoyeur de TBM
    Le ferry pilot fait partie d’une espèce privilégiée. Il reste le seul professionnel payé pour piloter des avions de tous types, dans des conditions compliquées, partout à travers la planète. Jacques Callies a voyagé vers Miami en TBM 930 aux côtés de Jacques Raissiguier, dit Jack.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Let's fly away to the sun !
    Partir à l’aventure le nez au vent ou plutôt tourné vers le soleil, sans effectuer aucune réservation, tel a été le choix de Fred et de Nico cette année. Une sage décision quand on pratique le voyage VFR puisque leur tour de France s’est transformé en navigation vers la Suède.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Iles Feroe, Vagar, si désiré
    Vágar, le seul aérodrome des Îles Féroé, est l’escale rêvée lorsque l’on vole vers l’Islande. Malheureusement, pluie et brouillard recouvrent le secteur 260 jours par an en moyenne. Le rêve de Jacques Callies était donc de pouvoir enfin s’y poser. Récit d’un vol assez compliqué.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Cap Nord à tire-d'aile
    Propriétaire d’un TB20, Colombo Vandi a entrepris avec Agnès un périple dont ils rêvaient : rejoindre le Cap Nord, dans le comté de Finnmark, en Norvège. Ils ont décollé de Fano, en Italie, destination l’aéroport de Valan-Honningsvag.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Tour d’Écosse
    Frédéric Braun et ses amis, pilotes privés hélicoptères, décident de sortir de leurs habituelles navigations pour aller plus loin : destination l’Ecosse. Ils sont partis à six en juin avec deux Robinson R44.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    De Miami à San Francisco
    Vincent et Thomas, après avoir passé leur ATPL en Angleterre, ont décidé de monter leurs heures aux États-Unis. Ce choix les a conduits à traverser le pays d’est en ouest en Cessna 152. Un voyage de 19 jours avec 5 800 Nm parcourus en 88 heures de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voyager pour monter ses heures: Charleroi Marrakech
    Donald et Bastien, en formation pour devenir pilotes de ligne, entreprennent de rejoindre le Maroc en PA-28 depuis la Belgique pour monter leurs heures de vol. Ils sont partis 11 jours et ont effectué 36 h 54 min de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Et si vous décolliez sur les traces de Saint-Ex ?
    Directeur du Rallye Toulouse Saint-Louis, Jean-Jacques Galy aimerait vous entraîner à votre tour à travers le continent africain jusqu’à Dakar. Il raconte avec passion Daurat, Mermoz, Saint-Exupéry… et tous les autres, bien vivants cette fois, qui ont suivi la dernière édition.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Découvrir l'Australie en C172
    CARNET DE VOL Découvrir l'Australie en C172 Par Régis Hua-Van, Photos de l'Auteur et Josiane Ayant la chance d’avoir de temps à autre 48 heures d’escale à Melbourne, je réalise le rêve de beaucoup de Français attirés par les contrées lointaines. Avec ses 17 000 km depuis Paris, Melbourne répond donc à ce critère d’éloignement et...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voir Tan-Tan...
    Quiconque s’intéresse aux « choses de l’air » s’intéresse aussi à ceux et celles qui construisirent la saga aéronautique. Quand, en plus, le terrain de leurs aventures n’est pas si éloigné, Tan-Tan, alors on prend son atlas et on ouvre Google Earth, puis on regarde un peu plus en détail les...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Vers les Cyclades
    Elie Bensimhon a rejoint le Rallye Aero France pour sa 21e édition: destination les Balkans et la Grèce. Soleil, mer bleu azur et culture étaient au rendez-vous.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Oléron, Terre d'envol
    L’île d’Oléron au bord du pertuis d’Antioche est une destination estivale appréciée. Entre les pilotes de passage et les aviateurs autochtones. La découverte d’une (presque) île par les airs est une invitation au voyage. Les Ailes Oléronaises vous accueilleront autour d’une bière locale!
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Cap sur les Shetland
    En juin, dix pilotes de la Flying Badgers Team ont décidé de rejoindre les îles Shetland en passant par les îles françaises de l’Atlantique, les îles Anglo-Normandes, l’Irlande et les îles Hébrides, et un retour par l’Angleterre.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Rallye Aéro-France 2014 : Espagne Portugal
    Après le fabuleux voyage en Israël que Rallye Aero France avait réalisé en 2013, et l'intense préparation qui l’avait précédé, nous avions décidé pour 2014 de faire un parcours plus court, plus simple à organiser. De plus, pour les 20 ans de l’organisation, pourquoi ne pas revenir là où...
    Lire la suite...
a et p facebook
Print Friendly, PDF & Email