Au sommaire ce mois-ci dans votre magazine :

Alpha Electro

Le constructeur slovène va-t-il réussir son pari de séduire les écoles de pilotage avec son biplace à moteur électrique PEM 60MVLC ?...

Lire l'article

Quelle est la meilleure application aéro ?

Comment choisir à coup sûr son application de préparation et de suivi de navigation ? C’est une excellente question, souvent posée, ...

Lire l'article

Oshkosh euphorique

Une fois de plus, Oshkosh garde sa couronne de plus grand rassemblement aérien du monde dans une ambiance euphorique générée par une mé...

Lire l'article

Amy sur le HOP! TOUR

Amy Rose, jeune pilote américaine, a été invitée par la FFA et l’AOPA à suivre le HOP ! TOUR des Jeunes Pilotes. Encore mieux que d...

Lire l'article

Questionnement sur l’hélico ULM

Les accidents mortels de cet été nous rappellent que la pratique de l’hélicoptère ULM n’est pas sans risque. Mais la réglementation...

Lire l'article

Benjamin Smith à la tête d'Air France

Après des mois de recherche, le comité de nomination d’Air France est allé chercher un étranger, certes expert, pour diriger Air Franc...

Lire l'article

Initiation PPL sur AL250

Depuis le mois de décembre un simulateur Alsim AL250 est implanté au sein de l'ATO Aeroflight. Il sert aux pros comme aux privés....

Lire l'article

L’Écosse en DA40 Diesel

Une situation météo favorable a permis à trois amis de voler dans des conditions sympas depuis Brest jusqu’aux Îles Orcades. Mode d’...

Lire l'article

Tout va-t-il si bien que cela ?

Il arrive régulièrement que l’on nous reproche le ton pamphlétaire de mes éditos ou le parti pris de certains de nos articles. Et cela est fort contrariant, évidemment  ! Les membres de l’équipe et moi-même sommes militants et engagés pour la sauvegarde de notre aviation, pour la sécurité, et nous promouvons tout ce qui peut faire progresser ces sujets. Ce qui est exposé à la « Une » ne passe jamais inaperçu, cela provoque la réflexion et, par la suite, des corrections de cap des gens de bonne volonté qui détiennent le pouvoir de faire changer les choses.

En abordant, sans complaisance, les questions de formation, de réglementation, d’entretien des avions, de sécurité des vols, du poids des machines, d’accidentologie et d’accidents, et bien d’autres encore, nous agitons l’eau du bocal, ce qui est notre rôle. Une revue d’aéronautique ­ – un domaine si abouti et tellement merveilleux – devrait-elle avoir pour règle de ne parler que de sujets consensuels et prétendre que, malgré l’incendie du château, tout va très bien Madame la Marquise ? On ne vit pas au pays des Bisounours, comme aime à dire Emmanuel Davidson, les difficultés plus ou moins dicibles sont le lot quotidien des pilotes. Nous croyons sincèrement que notre rôle est aussi de parler des sujets qui font polémique, pour provoquer la discussion entre ceux qui, du fait de leur talent, peuvent inventer des solutions.

Un bon exemple résulte de la publication d’un post Internet de Jean-Michel Bossuet sur notre site le 16 août dernier « L’été meurtrier » ; nous pensions que le crash de deux hélicos ULM de classe 6 à des dates rapprochées méritait que l’on repose des questions liées à la légèreté de construction de certaines machines et sur la pertinence des contours de la réglementation concernant l’hélico ultraléger. Ceci nous a valu un droit de réponse immédiat, sans échange préalable, de l’avocat de la FFPLUM. Un droit de réponse discutable à mon avis car la fédération n’était ni nommée, ni visée par le propos en question et, de plus, la réponse était injustement méprisante.

Mais au-delà de cette passe d’armes, il est rassurant de constater que le président de la FFPLUM, Sébastien Perrot, a compris notre état d’esprit et, plutôt que de monter dans les tours, nous a adressé par la suite un message qui disait en substance : « On ne peut pas être d’accord sur tout, mais on va continuer à en discuter… »

Notre engagement à parler de sécurité ne date pas d’hier. Pouvoir publier des comptes rendus d’enquête du BEA est un privilège acquis par notre magazine. Dans les années 80, cela était strictement interdit, ceci pour de vagues raisons : litiges d’assurances non réglés, respect de la mémoire des disparus, procès possibles, etc. De notre côté, il nous semblait essentiel de comprendre l’enchaînement des événements conduisant à l’incident, d’en tirer des enseignements qui servent à l’ensemble de la communauté. Si nous y sommes arrivés, c’est grâce à notre confrère et ami Michel Polacco, à l’époque rédacteur-en-chef de l’information de France Inter, qui, un jour, nous a envoyé un rapport du BEA concernant une collision aérienne dans laquelle était impliqué un avion de son aéro-club avec le mot suivant : « Tu publies et, si jamais tu as des ennuis, tu pourras compter sur moi. » Non seulement nous n’avons pas eu d’ennuis mais, par la suite, le BEA et les autorités ont totalement revu leur position, ont établi le dialogue, ont envoyé régulièrement à la presse aéronautique les CR les plus intéressants et ont même fini par les mettre en ligne peu après l’arrivée d’Internet dans nos foyers.

Il n’en reste pas moins que les relations avec les fédérations qui nous intéressent, la FFPLUM et la FFA, ont toujours été compliquées. Sans doute parce que, supposées fédératrices, elles travaillent finalement seules vers l’objectif qu’elles se sont fixé, utilisant leur propre organe fédéral pour s’exprimer, et le fait que nous contestions certains de leurs choix doit leur apparaître comme un crime de lèse-majesté.

Je me souviens de l’époque où notre ami Pierre Portmann, vice-président de la FFA, me chicanait régulièrement quand un article lui déplaisait. Comme nous étions voisins à Lognes, l’apparatchik le plus influent de la fédé que je croisais souvent m’avait dit, ou bien fait dire, que la liberté de la presse ne devrait pas exister, que c’était même une hérésie !

Heureusement, la liberté de la presse et d’expression existe et nous continuerons à parler des sujets susceptibles de fâcher mais, comme depuis toujours, avec la volonté affichée de faire progresser les choses, et non pas d’utiliser du poil à gratter gratuitement.

Jacques CALLIES

 

Actualités

Carnets de vol

Les récits de nos lecteurs

  • LIRE CE RÉCIT
    Week-end à Longyearbyen
    Rejoindre l’archipel du Svalbard et l’Île du Spitzberg en moins de deux jours, c’est le pari réussi de quatre amis. Jacques Callies nous raconte ce vol à travers la Norvège, du sud à l’extrême nord, vers l’un des secteurs les plus beaux de la planète, où l’accueil norvégien est...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Convoyeur de TBM
    Le ferry pilot fait partie d’une espèce privilégiée. Il reste le seul professionnel payé pour piloter des avions de tous types, dans des conditions compliquées, partout à travers la planète. Jacques Callies a voyagé vers Miami en TBM 930 aux côtés de Jacques Raissiguier, dit Jack.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Let's fly away to the sun !
    Partir à l’aventure le nez au vent ou plutôt tourné vers le soleil, sans effectuer aucune réservation, tel a été le choix de Fred et de Nico cette année. Une sage décision quand on pratique le voyage VFR puisque leur tour de France s’est transformé en navigation vers la Suède.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Iles Feroe, Vagar, si désiré
    Vágar, le seul aérodrome des Îles Féroé, est l’escale rêvée lorsque l’on vole vers l’Islande. Malheureusement, pluie et brouillard recouvrent le secteur 260 jours par an en moyenne. Le rêve de Jacques Callies était donc de pouvoir enfin s’y poser. Récit d’un vol assez compliqué.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Cap Nord à tire-d'aile
    Propriétaire d’un TB20, Colombo Vandi a entrepris avec Agnès un périple dont ils rêvaient : rejoindre le Cap Nord, dans le comté de Finnmark, en Norvège. Ils ont décollé de Fano, en Italie, destination l’aéroport de Valan-Honningsvag.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Tour d’Écosse
    Frédéric Braun et ses amis, pilotes privés hélicoptères, décident de sortir de leurs habituelles navigations pour aller plus loin : destination l’Ecosse. Ils sont partis à six en juin avec deux Robinson R44.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    De Miami à San Francisco
    Vincent et Thomas, après avoir passé leur ATPL en Angleterre, ont décidé de monter leurs heures aux États-Unis. Ce choix les a conduits à traverser le pays d’est en ouest en Cessna 152. Un voyage de 19 jours avec 5 800 Nm parcourus en 88 heures de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voyager pour monter ses heures: Charleroi Marrakech
    Donald et Bastien, en formation pour devenir pilotes de ligne, entreprennent de rejoindre le Maroc en PA-28 depuis la Belgique pour monter leurs heures de vol. Ils sont partis 11 jours et ont effectué 36 h 54 min de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Et si vous décolliez sur les traces de Saint-Ex ?
    Directeur du Rallye Toulouse Saint-Louis, Jean-Jacques Galy aimerait vous entraîner à votre tour à travers le continent africain jusqu’à Dakar. Il raconte avec passion Daurat, Mermoz, Saint-Exupéry… et tous les autres, bien vivants cette fois, qui ont suivi la dernière édition.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Découvrir l'Australie en C172
    CARNET DE VOL Découvrir l'Australie en C172 Par Régis Hua-Van, Photos de l'Auteur et Josiane Ayant la chance d’avoir de temps à autre 48 heures d’escale à Melbourne, je réalise le rêve de beaucoup de Français attirés par les contrées lointaines. Avec ses 17 000 km depuis Paris, Melbourne répond donc à ce critère d’éloignement et...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voir Tan-Tan...
    Quiconque s’intéresse aux « choses de l’air » s’intéresse aussi à ceux et celles qui construisirent la saga aéronautique. Quand, en plus, le terrain de leurs aventures n’est pas si éloigné, Tan-Tan, alors on prend son atlas et on ouvre Google Earth, puis on regarde un peu plus en détail les...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Vers les Cyclades
    Elie Bensimhon a rejoint le Rallye Aero France pour sa 21e édition: destination les Balkans et la Grèce. Soleil, mer bleu azur et culture étaient au rendez-vous.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Oléron, Terre d'envol
    L’île d’Oléron au bord du pertuis d’Antioche est une destination estivale appréciée. Entre les pilotes de passage et les aviateurs autochtones. La découverte d’une (presque) île par les airs est une invitation au voyage. Les Ailes Oléronaises vous accueilleront autour d’une bière locale!
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Cap sur les Shetland
    En juin, dix pilotes de la Flying Badgers Team ont décidé de rejoindre les îles Shetland en passant par les îles françaises de l’Atlantique, les îles Anglo-Normandes, l’Irlande et les îles Hébrides, et un retour par l’Angleterre.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Rallye Aéro-France 2014 : Espagne Portugal
    Après le fabuleux voyage en Israël que Rallye Aero France avait réalisé en 2013, et l'intense préparation qui l’avait précédé, nous avions décidé pour 2014 de faire un parcours plus court, plus simple à organiser. De plus, pour les 20 ans de l’organisation, pourquoi ne pas revenir là où...
    Lire la suite...
Total juin 2018