Au sommaire ce mois-ci dans votre magazine :

Tecnam Astore

Cet élégant aéronef italien a déjà séduit une soixantaine de clients à travers le monde. Aux États-Unis, pays de prédilection, sa p...

Lire l'article

Oshkosh 2017

Un show aérien musclé, une météo particulièrement clémente, une fréquentation en hausse spectaculaire et des innovations en tous genr...

Lire l'article

Et si on se passait de pilote dans nos avions ?

De manière récurrente, les constructeurs et les compagnies aériennes sont sans cesse en quête de solutions pour faire baisser leurs coû...

Lire l'article

Giraviation : nouveau R22 Beta II

Entre le Beta II blanc et le noir dernier modèle, les différences sont sensibles même si les frérots portent le même nom. Stéphane Buy...

Lire l'article

Reborn Aviation

Les avions neufs ne sont-ils pas bien trop chers pour la plupart des pilotes ? Pourquoi alors ne pas s’intéresser aux avions remanufact...

Lire l'article

Raoul Danesekouman

Après un ATPL à l’ESMA, Raoul a été porté par des vents favorables : copi court-courrier à Bruxelles, copi long chez Emirates et ...

Lire l'article

Week-end à Longyearbyen

Rejoindre l’archipel du Svalbard et l’Île du Spitzberg en moins de deux jours, c’est le pari réussi de quatre amis. Jacques Callies ...

Lire l'article

La dernière blague suisse

Les Suisses ont le sens de l’humour, c’est connu, et peut-être que le rapport commis par les analystes de la très respectable UBS le 7 août dernier n’était qu’une blague de potache destinée à faire un maximum de buzz, parfaitement recevable par tous les hommes d’argent et de pouvoir puisque leur proposition de virer les pilotes des avions est au départ d’économiser beaucoup d’argent, donc d’en gagner autant avant impôt*.

Ou alors peut-être bien qu’un analyste influent chez UBS a été victime une fois de plus, une fois de trop, d’une grève de pilotes de ligne ? Après tout, la dernière, celle de HOP !, date du 13 juillet dernier, en pleine période de départ en vacances, et on peut imaginer la colère que cela a provoqué chez ses proches sur le pied de guerre lorsqu’il a dû annoncer : « Chérie, les enfants, défaites les valises, on ne part plus ! » J’imagine la réponse de madame, excédée : « Cette fois, c’en est trop ! Trouve un moyen de nous débarrasser de ces égoïstes ! »

À froid, je ne vois pour l’heure que ces deux arguments pour expliquer une idée aussi saugrenue, mais je sais qu’elle a été jugée digne d’être étudiée sérieusement puisque Jean-Michel Bossuet n’a eu aucun mal à recueillir des témoignages sur ce sujet épineux malgré la trêve estivale, je pense que l’idée ne déplaît pas puisqu’il m’a assuré que j’aurais certainement l’occasion de voyager un jour dans un Airbus sans pilote. J’ai jeté un coup d’œil à son papier pour savoir qui osait s’attaquer ouvertement à la toute-puissante corporation des pilotes de ligne et… je n’ai pas été étonné de n’y trouver aucun nom cité !

En 40 ans d’aviation, excellemment placé pour rencontrer autant les pilotes que les exploitants, je n’ai jamais discerné de communion entre les deux parties, comme si les pilotes n’étaient considérés par les gestionnaires que comme un mal nécessaire ; sauf exception bien sûr, et un nom me vient du reste à l’esprit, celui de Jean-Louis Hallot qui aimait ses pilotes comme des frères et avait le même sens du sacerdoce qu’un Didier Daurat.

Mais mon intention n’est pas de polémiquer, je ne retiendrais ici que le mot « nécessaire ». Il me semble juste, je le vérifie à chaque fois que je discute avec des lecteurs qui pilotent dans toutes les compagnies du globe. Ils témoignent de l’intérêt d’avoir à bord des hommes qui raisonnent, imaginatifs pour déjouer les pièges. Aucun ne me parle vraiment de routine abêtissante et même s’ils se savent effectivement devenus les conducteurs d’autobus dont voulait le même Daurat, ils restent affûtés comme des couteaux suisses.

« Faire voler un Airbus sans pilote, c’est facile, on sait faire mais cela ne se fera pas car les passagers n’admettront jamais de grimper dans un avion sans pilote » m’avait-on dit il y a des années lors d’une visite aux Essais en Vol d’Airbus à Toulouse. Du reste, où est l’exploit ? S’il m’en souvient, j’ai aperçu un chasseur bombardier revenir de vol sans pilote à Mojave, en Californie, dans les années 90, les drones n’avaient pas encore été inventés mais l’US Air Force se souciait déjà de la vie de ses pilotes de combat.

Quand j’ai reposé la même question à un pilote des mêmes EV d’Airbus l’année dernière, sa réponse m’a rassuré : « La bonne blague ! Bien sûr, on sait faire, mais il y a bien trop d’inconnues à gérer tout autour de l’avion pour qu’on prenne un jour un tel risque ! »

Je pense qu’on formera des pilotes encore très longtemps et, même caractériels, nous serons rassurés de les savoir dans leur cockpit. J’en suis d’autant plus certain que le dernier rapport sur la sécurité aérienne plaide en leur faveur.

 

Jacques Callies

 

*https://neo.ubs.com : «Meaningful  savings  can  be  generated  via  mission  optimisation,  greater  predictability, and  reduced  flight  crew  and  training  costs.  We  think  the  aerospace  suppliers,  OEMs and  commercial  airlines  would  retain  some  of  the  considerable  benefit:  (1)  more  than $26bn  in  pilot  cost  savings for  the  airlines  under  UBS  coverage,  up  to  $3bn  in  pilot savings  for  the  business  jet  industry,  and  $2.1bn  for  civil  helicopters; (2)  flight optimisation  savings  could  be  significant,  e.g.  over  $1bn,  at  1%  of  global  airlines’ $133bn  2016  fuel  bill;  (3)  more  than  $3bn/year  in  savings  from  lower  insurance premiums  (safer  flights)  and  pilot  training  costs;  and  (4)  a  revenue  opportunity  from increased utilisation rates (cargo and commercial).»

Actualités

Carnets de vol

Les récits de nos lecteurs

  • LIRE CE RÉCIT
    Convoyeur de TBM
    Le ferry pilot fait partie d’une espèce privilégiée. Il reste le seul professionnel payé pour piloter des avions de tous types, dans des conditions compliquées, partout à travers la planète. Jacques Callies a voyagé vers Miami en TBM 930 aux côtés de Jacques Raissiguier, dit Jack.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Let's fly away to the sun !
    Partir à l’aventure le nez au vent ou plutôt tourné vers le soleil, sans effectuer aucune réservation, tel a été le choix de Fred et de Nico cette année. Une sage décision quand on pratique le voyage VFR puisque leur tour de France s’est transformé en navigation vers la Suède.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Iles Feroe, Vagar, si désiré
    Vágar, le seul aérodrome des Îles Féroé, est l’escale rêvée lorsque l’on vole vers l’Islande. Malheureusement, pluie et brouillard recouvrent le secteur 260 jours par an en moyenne. Le rêve de Jacques Callies était donc de pouvoir enfin s’y poser. Récit d’un vol assez compliqué.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Cap Nord à tire-d'aile
    Propriétaire d’un TB20, Colombo Vandi a entrepris avec Agnès un périple dont ils rêvaient : rejoindre le Cap Nord, dans le comté de Finnmark, en Norvège. Ils ont décollé de Fano, en Italie, destination l’aéroport de Valan-Honningsvag.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Tour d’Écosse
    Frédéric Braun et ses amis, pilotes privés hélicoptères, décident de sortir de leurs habituelles navigations pour aller plus loin : destination l’Ecosse. Ils sont partis à six en juin avec deux Robinson R44.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    De Miami à San Francisco
    Vincent et Thomas, après avoir passé leur ATPL en Angleterre, ont décidé de monter leurs heures aux États-Unis. Ce choix les a conduits à traverser le pays d’est en ouest en Cessna 152. Un voyage de 19 jours avec 5 800 Nm parcourus en 88 heures de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voyager pour monter ses heures: Charleroi Marrakech
    Donald et Bastien, en formation pour devenir pilotes de ligne, entreprennent de rejoindre le Maroc en PA-28 depuis la Belgique pour monter leurs heures de vol. Ils sont partis 11 jours et ont effectué 36 h 54 min de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Et si vous décolliez sur les traces de Saint-Ex ?
    Directeur du Rallye Toulouse Saint-Louis, Jean-Jacques Galy aimerait vous entraîner à votre tour à travers le continent africain jusqu’à Dakar. Il raconte avec passion Daurat, Mermoz, Saint-Exupéry… et tous les autres, bien vivants cette fois, qui ont suivi la dernière édition.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Découvrir l'Australie en C172
    CARNET DE VOL Découvrir l'Australie en C172 Par Régis Hua-Van, Photos de l'Auteur et Josiane Ayant la chance d’avoir de temps à autre 48 heures d’escale à Melbourne, je réalise le rêve de beaucoup de Français attirés par les contrées lointaines. Avec ses 17 000 km depuis Paris, Melbourne répond donc à ce critère d’éloignement et...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voir Tan-Tan...
    Quiconque s’intéresse aux « choses de l’air » s’intéresse aussi à ceux et celles qui construisirent la saga aéronautique. Quand, en plus, le terrain de leurs aventures n’est pas si éloigné, Tan-Tan, alors on prend son atlas et on ouvre Google Earth, puis on regarde un peu plus en détail les...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Vers les Cyclades
    Elie Bensimhon a rejoint le Rallye Aero France pour sa 21e édition: destination les Balkans et la Grèce. Soleil, mer bleu azur et culture étaient au rendez-vous.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Oléron, Terre d'envol
    L’île d’Oléron au bord du pertuis d’Antioche est une destination estivale appréciée. Entre les pilotes de passage et les aviateurs autochtones. La découverte d’une (presque) île par les airs est une invitation au voyage. Les Ailes Oléronaises vous accueilleront autour d’une bière locale!
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Cap sur les Shetland
    En juin, dix pilotes de la Flying Badgers Team ont décidé de rejoindre les îles Shetland en passant par les îles françaises de l’Atlantique, les îles Anglo-Normandes, l’Irlande et les îles Hébrides, et un retour par l’Angleterre.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Rallye Aéro-France 2014 : Espagne Portugal
    Après le fabuleux voyage en Israël que Rallye Aero France avait réalisé en 2013, et l'intense préparation qui l’avait précédé, nous avions décidé pour 2014 de faire un parcours plus court, plus simple à organiser. De plus, pour les 20 ans de l’organisation, pourquoi ne pas revenir là où...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    LE CAP NORD EN R22
    Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Duis mattis luctus odio id tempor. In metus nulla, auctor eget pharetra ac, sagittis id felis. Mauris rhoncus, diam id vehicula rutrum, lectus arcu porta quam, eget feugiat erat nulla sit amet augue. Praesent a urna non enim varius placerat.
    Lire la suite...
Vol de nuit