Au sommaire ce mois-ci dans votre magazine :

DR 401-155 CDI

Version améliorée du fameux DR 400, ce Robin que viennent d’essayer notre correspondant canadien Richard Saint-George et Jacques Callies...

Lire l'article

Cockpit sans fil

En aviation générale, nous sommes de plus en plus tentés par les objets connectés. Ces derniers sont déjà devenus indispensables dan...

Lire l'article

Voler en T6

Antoine Szpiro en rêvait depuis longtemps. Après son RV6, il voulait plus gros, plus puissant et plus trapu. Le mythique T6 est cela tout ...

Lire l'article

Catalogue de Blois

Ne ratez pas le rendez-vous estival avec les constructeurs et distributeurs d’ULM de Blois qui s’y tiendra les samedi 31 août et dimanc...

Lire l'article

Le Brevet d’initiation aéronautique

Le Brevet d’initiation aéronautique continue de faire des émules : accessible au plus grand nombre du fait de sa « gratuité », ...

Lire l'article

Pilotes de meeting

C’est un peu le Graal de tout collectionneur d’avions anciens : avoir la possibilité de montrer à tous l’objet de sa fierté. Erwa...

Lire l'article

Verchocq, village aéro

Invités à dîner autour d’un BBQ, nous nous sommes posés sur l’aérodrome privé de Verchocq, près du Touquet, où nous attendaient ...

Lire l'article

Nouvelle taxe

Le secteur du transport aérien avait échappé à une taxe sur le kérosène. Il fera l’objet d’une taxe sur les billets d’avion pour...

Lire l'article

Week-end sans smartphone

Au moment où je me mettais à mon édito, la tâche que j’entreprends parfaitement isolé du monde extérieur au moyen d’un casque diffusant une musique susceptible de m’inspirer, celle-ci a stoppé net et, en bon esclave des nouvelles technologies, j’ai regardé mon smartphone et y ai aperçu la photo de Patrice Magot, l’ancien responsable des ventes du secteur réacteur de Cessna Aircraft. Évidemment, il m’était impossible de ne pas répondre mais, de toute façon, je suis incapable de ne pas répondre à un appel.

La coïncidence était parfaite car j’avais déjà mon sujet bien en tête, cette question de la dictature du smartphone était le corollaire du sujet que je souhaitais aborder, à savoir le week-end de fin juin que nous avions coorganisé à Orléans Loire-Valley.

Je sais, c’est l’époque qui veut cela, nous nous trouvons tous mille raisons pour rester connectés en permanence, jeter fréquemment un coup d’œil discret à nos écrans, intrigués, voire inquiets s’ils ne bipent pas. Le terme dictature est du reste faible dans la mesure où l’amitié ordinaire s’entretient aujourd’hui via des applications et se résume pour l’essentiel aux bips qui signalent l’arrivée d’une nouvelle tranche de vie.

C’est un mal, insidieux, car ces clins d’œil amicaux donnent l’impression que nos rapports sociaux sont normaux alors que la vraie vie ne saurait se résumer à des notifications. Nous en avons eu la démonstration à Orléans où le Friendly Fly-In nous a permis d’observer qu’un rassemblement de pilotes en chair et en os n’avait rien à voir avec ces rencontres virtuelles via Facebook, WhatsApp, LinkedIn ou Instagram.

Finalement, nous étions 150 au BBQ de midi, moitié moins le soir à l’hôtel Mercure lors de notre dîner de gala. Personnellement, j’espérais deux fois plus de bouches à nourrir, même s’il y avait plusieurs autres événements que le nôtre le même jour, et certainement tout aussi importants.

En plus, pour contrarier nos ambitions, la vague de chaleur a eu raison de la volonté de ceux qui n’avaient probablement jamais volé en Afrique, ni au Moyen-Orient, et qui désiraient la place de hangar que nous ne pouvions leur offrir, hélas. Quant aux promesses qui nous avaient été faites, elles n’engageaient évidemment que ceux qui les avaient reçues : de Lognes, notre aérodrome d’adoption, il n’est venu qu’un seul avion alors que la plupart des présidents d’aéro-clubs rencontrés nous avaient laissés espérer une démonstration de force, pouvant servir leur chiffre d’affaires de juin. De l’Allemagne, que nous avions sollicitée au travers de différentes associations, aucun ami n’est venu alors que plusieurs nous avaient assurés de leur présence lors du récent Fly-In de Ratisbonne, puisque nous avions fait l’effort d’aller jusqu’à eux. Donnant-donnant.

Donc mille mercis et bravissimo à tous ceux qui ont osé affronter des airs peu porteurs depuis Bergerac, Brive, Rennes ou encore Vesoul. Et aussi aux malins qui ont préféré venir en voiture, pour profiter de la clim, en leur rappelant quand même, pour la prochaine fois, qu’un Fly-In, c’est censé être un rassemblement d’avions !

Cela nous a permis de sentir leur plaisir de se retrouver entre pilotes, à midi, sur l’aérodrome, autour d’un BBQ ou le soir, au Mercure, devant une excellente table, au son d’un ensemble musical talentueux, pour ceux qui avaient envie d’imaginer leur prochain raid, vers Eureka par 80°N peut-être, ou 10° plus haut – 600 nautiques de plus, on n’est pas à cela près – au pôle Nord puisque les Russes y ouvrent une piste l’été prochain, avons-nous appris de l’un d’entre eux.

Ce jour-là, les smartphones ont disparu toute la journée, nous avons vécu la vraie vie, avec embrassades et poignées de main, cadeaux bien réels de nos sponsors Garmin, Jeppesen, Bose, et baptêmes en Sonaca 200, Piper M500 et DA42. Que du concret. Nos conférenciers ont fait salle comble, alors que certaines prestations étaient ardues, comme celle d’Emmanuel Davidson sur l’utilisation des moteurs à pistons ou de Romain Spadiny sur l’avionique glass cockpit connectée. Mais peut-être était-ce dû à la climatisation de la confortable salle mise à notre disposition par Orléans Loire-Valley, une escale exemplaire à tous points de vue, et dont le directeur, Jean-François Vassal, est le magicien.

Tout le monde a été épaté par celui-ci. Ils le seront plus encore en apprenant qu’il avait réussi à convaincre l’Autorité que les pilotes indisciplinés que nous sommes allaient cohabiter harmonieusement avec les nombreux VIP invités le même jour en Sologne et le ballet de jets d’affaires associé. Certes, Jean-François n’a pas pensé à organiser une poignée de main mémorable entre Juan Carlos 1er et nos friendly flyers lorsque l’ex-roi d’Espagne a débarqué de son Challenger, mais nul ne saurait lui en tenir rigueur !

Jacques CALLIES

Print Friendly, PDF & Email

Actualités

Carnets de vol

Les récits de nos lecteurs

  • LIRE CE RÉCIT
    Week-end à Longyearbyen
    Rejoindre l’archipel du Svalbard et l’Île du Spitzberg en moins de deux jours, c’est le pari réussi de quatre amis. Jacques Callies nous raconte ce vol à travers la Norvège, du sud à l’extrême nord, vers l’un des secteurs les plus beaux de la planète, où l’accueil norvégien est...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Convoyeur de TBM
    Le ferry pilot fait partie d’une espèce privilégiée. Il reste le seul professionnel payé pour piloter des avions de tous types, dans des conditions compliquées, partout à travers la planète. Jacques Callies a voyagé vers Miami en TBM 930 aux côtés de Jacques Raissiguier, dit Jack.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Let's fly away to the sun !
    Partir à l’aventure le nez au vent ou plutôt tourné vers le soleil, sans effectuer aucune réservation, tel a été le choix de Fred et de Nico cette année. Une sage décision quand on pratique le voyage VFR puisque leur tour de France s’est transformé en navigation vers la Suède.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Iles Feroe, Vagar, si désiré
    Vágar, le seul aérodrome des Îles Féroé, est l’escale rêvée lorsque l’on vole vers l’Islande. Malheureusement, pluie et brouillard recouvrent le secteur 260 jours par an en moyenne. Le rêve de Jacques Callies était donc de pouvoir enfin s’y poser. Récit d’un vol assez compliqué.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Cap Nord à tire-d'aile
    Propriétaire d’un TB20, Colombo Vandi a entrepris avec Agnès un périple dont ils rêvaient : rejoindre le Cap Nord, dans le comté de Finnmark, en Norvège. Ils ont décollé de Fano, en Italie, destination l’aéroport de Valan-Honningsvag.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Tour d’Écosse
    Frédéric Braun et ses amis, pilotes privés hélicoptères, décident de sortir de leurs habituelles navigations pour aller plus loin : destination l’Ecosse. Ils sont partis à six en juin avec deux Robinson R44.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    De Miami à San Francisco
    Vincent et Thomas, après avoir passé leur ATPL en Angleterre, ont décidé de monter leurs heures aux États-Unis. Ce choix les a conduits à traverser le pays d’est en ouest en Cessna 152. Un voyage de 19 jours avec 5 800 Nm parcourus en 88 heures de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voyager pour monter ses heures: Charleroi Marrakech
    Donald et Bastien, en formation pour devenir pilotes de ligne, entreprennent de rejoindre le Maroc en PA-28 depuis la Belgique pour monter leurs heures de vol. Ils sont partis 11 jours et ont effectué 36 h 54 min de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Et si vous décolliez sur les traces de Saint-Ex ?
    Directeur du Rallye Toulouse Saint-Louis, Jean-Jacques Galy aimerait vous entraîner à votre tour à travers le continent africain jusqu’à Dakar. Il raconte avec passion Daurat, Mermoz, Saint-Exupéry… et tous les autres, bien vivants cette fois, qui ont suivi la dernière édition.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Découvrir l'Australie en C172
    CARNET DE VOL Découvrir l'Australie en C172 Par Régis Hua-Van, Photos de l'Auteur et Josiane Ayant la chance d’avoir de temps à autre 48 heures d’escale à Melbourne, je réalise le rêve de beaucoup de Français attirés par les contrées lointaines. Avec ses 17 000 km depuis Paris, Melbourne répond donc à ce critère d’éloignement et...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voir Tan-Tan...
    Quiconque s’intéresse aux « choses de l’air » s’intéresse aussi à ceux et celles qui construisirent la saga aéronautique. Quand, en plus, le terrain de leurs aventures n’est pas si éloigné, Tan-Tan, alors on prend son atlas et on ouvre Google Earth, puis on regarde un peu plus en détail les...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Vers les Cyclades
    Elie Bensimhon a rejoint le Rallye Aero France pour sa 21e édition: destination les Balkans et la Grèce. Soleil, mer bleu azur et culture étaient au rendez-vous.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Oléron, Terre d'envol
    L’île d’Oléron au bord du pertuis d’Antioche est une destination estivale appréciée. Entre les pilotes de passage et les aviateurs autochtones. La découverte d’une (presque) île par les airs est une invitation au voyage. Les Ailes Oléronaises vous accueilleront autour d’une bière locale!
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Cap sur les Shetland
    En juin, dix pilotes de la Flying Badgers Team ont décidé de rejoindre les îles Shetland en passant par les îles françaises de l’Atlantique, les îles Anglo-Normandes, l’Irlande et les îles Hébrides, et un retour par l’Angleterre.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Rallye Aéro-France 2014 : Espagne Portugal
    Après le fabuleux voyage en Israël que Rallye Aero France avait réalisé en 2013, et l'intense préparation qui l’avait précédé, nous avions décidé pour 2014 de faire un parcours plus court, plus simple à organiser. De plus, pour les 20 ans de l’organisation, pourquoi ne pas revenir là où...
    Lire la suite...
Total juillet 2019
a et p facebook
Print Friendly, PDF & Email