Au sommaire ce mois-ci dans votre magazine :

Zenair Super Duty

Dernier-né de la série CH 750, ce triplace se démarque par sa voilure et son empennage allongés, ses roues Tundra et son vitrage absolu....

Lire l'article

NavData, la guerre des prix a commencé

De nos jours, il n’est pas rare de posséder quatre à cinq bases de données aéronautiques dans un seul avion. Il faut les mettre à jou...

Lire l'article

Aero Friedrichshafen 2018

Comme toujours, le premier salon européen de l’aviation générale tient ses promesses. Les visiteurs ont découvert plusieurs nouveauté...

Lire l'article

Bose ProFlight

Chez Bose, chaque nouveau produit est une petite révolution en soi. Cette fois-ci, ce sont les pilotes d'avions à turbines et à réacteur...

Lire l'article

TBM 930 équipé du nouveau G3000

Difficile le G3000 ? Avant la présentation du TBM 930 dernier modèle à Sun’N’Fun, Daher nous a invités à essayer l’avion avant ...

Lire l'article

La FFA va expérimenter l’aviation électrique

À l’occasion de l’assemblée générale de la FFA – mis à part les chiffres, les inscrits, les résultats sportifs, les nouvelles li...

Lire l'article

Il faut sauver le transport aérien français

Les dirigeants responsables du transport aérien français attendaient cela depuis des années : qu’un gouvernement écoute leurs dol...

Lire l'article

Carrière : Olivier Monnot

Que dire d’Olivier ? Peut-être que, comme beaucoup avant lui, son inébranlable passion l’a mené où il voulait : en place droite d...

Lire l'article

Pour avoir envie, il faut des envies !

Alors que nos week-ends sont généralement consacrés à des aventures et des rencontres aéronautiques, aujourd’hui, nous travaillons dans nos bureaux de Lognes pour boucler le dernier article du numéro de mai, le salon Aero de Friedrichshafen, « la grand-messe » européenne, dont les accès se refermeront ce soir, et qui aura été fréquentée par 33 000 visiteurs. Le chiffre peut paraître impressionnant mais, relativisons, il est bien inférieur à celui du nombre des spectateurs qui ont envahi aujourd’hui les abords de la baie de Cannes où se tiennent les essais libres de la Red Bull Air Race.

Cet enthousiasme pour la chose aérienne fait plaisir mais que dit-il ? Simplement que Red Bull, champion de la communication, sait comment déplacer les foules vers n’importe quel événement. Et la question reste : sommes-nous capables d’en faire autant ? J’en doute quand je lève les yeux de mon ordinateur et que je n’aperçois que des avions en partance pour des tours de piste, sans passager, alors que la France est CAVOK, et que l’occasion de voyager sans risquer le tristement célèbre retour SNCF est inespérée.

C’est plutôt affligeant à observer et, comme je ne crois pas qu’une lampée de Red Bull soit suffisante pour nous redonner du tonus et des idées, je vous livre une piste de réflexion.

Le week-end dernier, j’ai été invité à donner un éclairage sur le coavionnage lors de l’assemblée générale d’un aéro-club qui souhaitait modifier son règlement intérieur en vue de pouvoir l’autoriser. C’était à mon sens une excellente initiative, qui m’a donné l’occasion, de surcroît, d’observer pendant quelques heures ce monde associatif que je connais mal.

Pratiquement tous les membres actifs de l’aéro-club étaient présents à la mairie du village ce dimanche matin, et d’excellente humeur, ce qui m’a semblé de bon augure jusqu’à ce que j’apprenne que 61 % d’entre eux pilotaient moins de 10 heures par an… Et que je m’aperçoive qu’il n’y avait que deux jeunes dans l’assemblée.

L’important n’est pas de guérir mais de vivre avec ses maux, dit-on. C’est vrai, mais il me semble tout aussi important de savoir que l’on est malade, ce qui ne semblait pas être le cas de mes amis du dimanche quand je leur ai fait remarquer que l’âge moyen des membres me semblait plutôt avancé et que j’ai reçu un insolent « Parle pour toi ! » en retour…

La question du coavionnage – le partage des coûts et son intérêt – restait aussi à démontrer pour ceux qui n’avaient pas encore intégré le fait que c’est l’argent qui fait voler les avions. Pourtant 44 % des membres de l’aéro-club avaient piloté moins de 5 heures en 2017…

Enfin, j’ai appris que leur avion glass cockpit allait être vendu parce qu’il avait été sous-utilisé, pour être remplacé par un second Robin à pendules car c’était l’avion qui volait, et donc la référence…

Tout ceci était assez difficile à entendre, surtout quand on sait que les aéro-clubs qui excellent ont adopté des techniques de communication d’aujourd’hui, ont modernisé leur flotte, ce qui veut dire aussi que les membres plus anciens ont fait l’effort d’apprendre à utiliser un avion avec une instrumentation moderne.

Vous vous en doutez, je me suis efforcé de communiquer mon enthousiasme, d’expliquer qu’il ne fallait pas préjuger des envies de la génération montante car elle a ses propres référentiels, de dire que tout reste possible à condition de le vouloir !

Pour vérifier si je n’avais pas prêché dans le désert, j’ai proposé jeudi dernier au matin d’organiser au débotté une séance de vol de nuit puisqu’il faisait beau, histoire aussi d’entretenir la flamme, d’amortir un balisage portatif sous-utilisé et, accessoirement, de me permettre d’atterrir.

N’ayant pas de réponse alors que nous décollions de Friedrichshafen à la nuit tombante, j’ai renvoyé un SMS au président, annonçant mon ETA pour 22 heures. Sa réponse m’a vraiment déçu : « Bonjour Jacques. Pas possible car délai trop court. »

Depuis, aucune nouvelle. Ah si, ce même SMS m’arrive depuis jeudi toutes les deux heures, comme pour me rappeler qu’il ne suffit pas de vouloir pour pouvoir !

 

Jacques Callies

 

Actualités

Carnets de vol

Les récits de nos lecteurs

  • LIRE CE RÉCIT
    Week-end à Longyearbyen
    Rejoindre l’archipel du Svalbard et l’Île du Spitzberg en moins de deux jours, c’est le pari réussi de quatre amis. Jacques Callies nous raconte ce vol à travers la Norvège, du sud à l’extrême nord, vers l’un des secteurs les plus beaux de la planète, où l’accueil norvégien est...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Convoyeur de TBM
    Le ferry pilot fait partie d’une espèce privilégiée. Il reste le seul professionnel payé pour piloter des avions de tous types, dans des conditions compliquées, partout à travers la planète. Jacques Callies a voyagé vers Miami en TBM 930 aux côtés de Jacques Raissiguier, dit Jack.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Let's fly away to the sun !
    Partir à l’aventure le nez au vent ou plutôt tourné vers le soleil, sans effectuer aucune réservation, tel a été le choix de Fred et de Nico cette année. Une sage décision quand on pratique le voyage VFR puisque leur tour de France s’est transformé en navigation vers la Suède.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Iles Feroe, Vagar, si désiré
    Vágar, le seul aérodrome des Îles Féroé, est l’escale rêvée lorsque l’on vole vers l’Islande. Malheureusement, pluie et brouillard recouvrent le secteur 260 jours par an en moyenne. Le rêve de Jacques Callies était donc de pouvoir enfin s’y poser. Récit d’un vol assez compliqué.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Cap Nord à tire-d'aile
    Propriétaire d’un TB20, Colombo Vandi a entrepris avec Agnès un périple dont ils rêvaient : rejoindre le Cap Nord, dans le comté de Finnmark, en Norvège. Ils ont décollé de Fano, en Italie, destination l’aéroport de Valan-Honningsvag.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Tour d’Écosse
    Frédéric Braun et ses amis, pilotes privés hélicoptères, décident de sortir de leurs habituelles navigations pour aller plus loin : destination l’Ecosse. Ils sont partis à six en juin avec deux Robinson R44.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    De Miami à San Francisco
    Vincent et Thomas, après avoir passé leur ATPL en Angleterre, ont décidé de monter leurs heures aux États-Unis. Ce choix les a conduits à traverser le pays d’est en ouest en Cessna 152. Un voyage de 19 jours avec 5 800 Nm parcourus en 88 heures de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voyager pour monter ses heures: Charleroi Marrakech
    Donald et Bastien, en formation pour devenir pilotes de ligne, entreprennent de rejoindre le Maroc en PA-28 depuis la Belgique pour monter leurs heures de vol. Ils sont partis 11 jours et ont effectué 36 h 54 min de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Et si vous décolliez sur les traces de Saint-Ex ?
    Directeur du Rallye Toulouse Saint-Louis, Jean-Jacques Galy aimerait vous entraîner à votre tour à travers le continent africain jusqu’à Dakar. Il raconte avec passion Daurat, Mermoz, Saint-Exupéry… et tous les autres, bien vivants cette fois, qui ont suivi la dernière édition.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Découvrir l'Australie en C172
    CARNET DE VOL Découvrir l'Australie en C172 Par Régis Hua-Van, Photos de l'Auteur et Josiane Ayant la chance d’avoir de temps à autre 48 heures d’escale à Melbourne, je réalise le rêve de beaucoup de Français attirés par les contrées lointaines. Avec ses 17 000 km depuis Paris, Melbourne répond donc à ce critère d’éloignement et...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voir Tan-Tan...
    Quiconque s’intéresse aux « choses de l’air » s’intéresse aussi à ceux et celles qui construisirent la saga aéronautique. Quand, en plus, le terrain de leurs aventures n’est pas si éloigné, Tan-Tan, alors on prend son atlas et on ouvre Google Earth, puis on regarde un peu plus en détail les...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Vers les Cyclades
    Elie Bensimhon a rejoint le Rallye Aero France pour sa 21e édition: destination les Balkans et la Grèce. Soleil, mer bleu azur et culture étaient au rendez-vous.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Oléron, Terre d'envol
    L’île d’Oléron au bord du pertuis d’Antioche est une destination estivale appréciée. Entre les pilotes de passage et les aviateurs autochtones. La découverte d’une (presque) île par les airs est une invitation au voyage. Les Ailes Oléronaises vous accueilleront autour d’une bière locale!
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Cap sur les Shetland
    En juin, dix pilotes de la Flying Badgers Team ont décidé de rejoindre les îles Shetland en passant par les îles françaises de l’Atlantique, les îles Anglo-Normandes, l’Irlande et les îles Hébrides, et un retour par l’Angleterre.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Rallye Aéro-France 2014 : Espagne Portugal
    Après le fabuleux voyage en Israël que Rallye Aero France avait réalisé en 2013, et l'intense préparation qui l’avait précédé, nous avions décidé pour 2014 de faire un parcours plus court, plus simple à organiser. De plus, pour les 20 ans de l’organisation, pourquoi ne pas revenir là où...
    Lire la suite...
Continental mai 2018
France Air Expo 2018