Au sommaire ce mois-ci dans votre magazine :

Cirrus SR22T G6

Nous voulions rencontrer Charlotte Bellec, la jeune femme qui dirige Aérolithe depuis Le Plessis-Belleville et inonde la France avec des Ci...

Lire l'article

Garmin Autoland

La petite planète de l’aviation générale vient de trembler après la dernière annonce de Garmin : un nouveau système qui permet de ...

Lire l'article

Le miracle de Namur

Nous avions découvert l’aérodrome de Namur à l’occasion de l’inauguration des locaux de Sonaca Aircraft : guidage de Bruxelles co...

Lire l'article

Les outils météo

Lorsque nous pratiquons la divination météo en préparant un vol, nous utilisons toujours les mêmes outils. Mais comme dans l’inf...

Lire l'article

ISAE-SUPAERO

La prestigieuse école d’ingénieurs aéronautiques fait partie du groupe ISAE qui regroupe 5 écoles d'« ingé ». Ici, on prépare ...

Lire l'article

Tour d’Afrique en Cub

Professionnelle de l’immobilier, Valérie Dereymaeker s’est passionnée pour l’aviation en toute liberté. Elle vient de s’offrir un...

Lire l'article

L’aérien désenclave

En pleine période d’aerien-bashing, la sénatrice Josiane Costes a réalisé un rapport d’information expliquant que le transport aéri...

Lire l'article

L’aviation doit bosser son image

Greta Thunberg m’en fait voir de toutes les couleurs. Et, finalement, peut-être que c’est un mal nécessaire, cette gamine que je ne sais oublier, au point d’en avoir fait un gimmick. Mon édito de septembre, lui suggérant de retourner à l’école, m’avait valu plein de petits messages qui allaient dans le sens de mon propos, que je résumerai par celui envoyé par François, plutôt écolo : « Bravo pour l’édito bien pensé et complet. Oui, les médias ont leur part de responsabilité! » Je buvais donc du petit-lait mais, quelques jours plus tard, j’ai reçu le courrier de Clément, que vous trouverez en page suivante. Apprenant qu’il serait publié dès que possible, il a rajouté : « J’ai pu peut-être vous sembler un peu dur dans mes propos envers vous et si c’est le cas je m’en excuse. Il s’agit d’un sujet passionnant, qui entraîne des réactions passionnées… En tout cas, si mon courrier lance des réflexions ou discussions c’est bien là l’essentiel!»

Comme je suis le premier à m’enflammer, je ne peux lui jeter la pierre. Je rappellerai quand même qu’un édito, écrit à la dernière minute car c’est la règle, n’est qu’un simple cri de joie, de peur ou de colère, et non une réflexion profondément mûrie. Ce n’est donc pas parole d’évangile.

Je tiens aussi à préciser que je ne défends pas « mes » privilèges. Je ne fais pas mystère de mon âge : à 68 ans passés et réaliste, je sais que le sablier arrive à sa fin. Je me bats donc essentiellement pour la collectivité car le pilotage des avions reste, selon moi, l’art absolu et, en bon prosélyte, je continue de prêcher pour une aviation libre et heureuse.

Suis-je un bon écolo ? Probablement pas. J’ai soutenu le Grass Cockpit, épreuve vertueuse s’il en est, mais j’envisage d’aller me poser sur l’AD improvisé de Barneo, à 1° du pôle Nord, avec quelques lecteurs aventuriers. Ce n’est pas bien, mais je compense en triant scrupuleusement mes déchets ménagers, en ramassant les canettes et les mégots à terre, en roulant aussi en voiture hybride, en prenant RER et métro…

Et quand je suis en l’air, je mets toujours la pression sur les contrôleurs pour voler le plus vite et le plus court possible. Au besoin, je négocie, je n’hésite pas à leur dire la débilité de ma trajectoire, ce qui ne doit pas se faire sur une fréquence de contrôle encombrée, je veux qu’ils sachent que je peux faire bien mieux s’ils me laissent gérer. À Blagnac, où je me pose régulièrement, je leur garantis, par exemple, 165 KIAS jusqu’à 2 Nm finale, ce dont les contrôleurs sont demandeurs, évidemment. À condition qu’ils me laissent optimiser la descente du N77GJ, ce qu’ils font alors.

Je sais, pour avoir participé à des réunions de coordination entre CCR et compagnies, que les contrôleurs font au mieux de leurs possibilités. Je n’ai pas l’expérience de la ligne et de ses avions qui se suivent à la queue leu leu, par contre j’ai volé à bord de biréacteurs performants, là où l’horizon est noir, dans un ciel comparativement vide, et les contrôleurs les y font grimper le plus vite possible. À travers l’Atlantique, nous avons été autorisés à sortir des routes océaniques de manière à optimiser notre vol au mieux, à la fois pour notre empreinte carbone et pour la facture finale car il y a toujours quelqu’un qui paye, ne l’oublions pas.

Les acteurs de l’aérien n’ont pas attendu Greta pour réfléchir sur le « vivre ensemble avec l’aviation » car cette dernière représente 4,3 % du PIB national et 320 000 emplois directs et 570 000 soutenus*.

Ils savent que ce chiffre de 2 % des émissions de CO2 d’origine humaine (1,4 % pour nos émissions nationales) n’est pas une excuse pour ne rien faire, même si cela représente 4 milliards de passagers transportés.

Aussi, dans les faits, elle est plutôt vertueuse, leur aviation. Elle est vertueuse pour avoir abaissé ses émissions unitaires de CO2 de 80 % au cours des 60 dernières années, de 2 % en moyenne chaque année entre 2000 et 2017. Car tous les acteurs du transport aérien se sont mobilisés pour garantir une croissance neutre en carbone à partir de l’année prochaine, avec comme objectif une réduction de 50 % à l’horizon 2050, ce qui signifie des efforts de recherche et d’innovation portant sur les avions et les sources d’énergie employées, les procédures opérationnelles, l’optimisation de la chaîne de traitement au sol et le développement de biocarburants.

Par contre, nos acteurs de l’aérien ne savent pas comment le faire savoir au grand public, ils n’ont pas d’inspiratrice à nattes et ils ont donc le blues, ils sont désemparés, se protégeant mollement, bras croisés devant les yeux, quand Greta leur balance ses uppercuts saignants.

Être vertueux, ce n’est pas suffisant, encore faut-il bien communiquer, trouver des mots forts.

Changer l’image de l’aviation, voilà qui pourrait faire l’objet d’une réflexion nationale prochainement. Ne sommes-nous tous pas dans le même « bateau » ?

Jacques CALLIES

 *Source FNAM

Print Friendly, PDF & Email

Actualités

Carnets de vol

Les récits de nos lecteurs

  • LIRE CE RÉCIT
    Week-end à Longyearbyen
    Rejoindre l’archipel du Svalbard et l’Île du Spitzberg en moins de deux jours, c’est le pari réussi de quatre amis. Jacques Callies nous raconte ce vol à travers la Norvège, du sud à l’extrême nord, vers l’un des secteurs les plus beaux de la planète, où l’accueil norvégien est...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Convoyeur de TBM
    Le ferry pilot fait partie d’une espèce privilégiée. Il reste le seul professionnel payé pour piloter des avions de tous types, dans des conditions compliquées, partout à travers la planète. Jacques Callies a voyagé vers Miami en TBM 930 aux côtés de Jacques Raissiguier, dit Jack.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Let's fly away to the sun !
    Partir à l’aventure le nez au vent ou plutôt tourné vers le soleil, sans effectuer aucune réservation, tel a été le choix de Fred et de Nico cette année. Une sage décision quand on pratique le voyage VFR puisque leur tour de France s’est transformé en navigation vers la Suède.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Iles Feroe, Vagar, si désiré
    Vágar, le seul aérodrome des Îles Féroé, est l’escale rêvée lorsque l’on vole vers l’Islande. Malheureusement, pluie et brouillard recouvrent le secteur 260 jours par an en moyenne. Le rêve de Jacques Callies était donc de pouvoir enfin s’y poser. Récit d’un vol assez compliqué.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Cap Nord à tire-d'aile
    Propriétaire d’un TB20, Colombo Vandi a entrepris avec Agnès un périple dont ils rêvaient : rejoindre le Cap Nord, dans le comté de Finnmark, en Norvège. Ils ont décollé de Fano, en Italie, destination l’aéroport de Valan-Honningsvag.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Tour d’Écosse
    Frédéric Braun et ses amis, pilotes privés hélicoptères, décident de sortir de leurs habituelles navigations pour aller plus loin : destination l’Ecosse. Ils sont partis à six en juin avec deux Robinson R44.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    De Miami à San Francisco
    Vincent et Thomas, après avoir passé leur ATPL en Angleterre, ont décidé de monter leurs heures aux États-Unis. Ce choix les a conduits à traverser le pays d’est en ouest en Cessna 152. Un voyage de 19 jours avec 5 800 Nm parcourus en 88 heures de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voyager pour monter ses heures: Charleroi Marrakech
    Donald et Bastien, en formation pour devenir pilotes de ligne, entreprennent de rejoindre le Maroc en PA-28 depuis la Belgique pour monter leurs heures de vol. Ils sont partis 11 jours et ont effectué 36 h 54 min de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Et si vous décolliez sur les traces de Saint-Ex ?
    Directeur du Rallye Toulouse Saint-Louis, Jean-Jacques Galy aimerait vous entraîner à votre tour à travers le continent africain jusqu’à Dakar. Il raconte avec passion Daurat, Mermoz, Saint-Exupéry… et tous les autres, bien vivants cette fois, qui ont suivi la dernière édition.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Découvrir l'Australie en C172
    CARNET DE VOL Découvrir l'Australie en C172 Par Régis Hua-Van, Photos de l'Auteur et Josiane Ayant la chance d’avoir de temps à autre 48 heures d’escale à Melbourne, je réalise le rêve de beaucoup de Français attirés par les contrées lointaines. Avec ses 17 000 km depuis Paris, Melbourne répond donc à ce critère d’éloignement et...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voir Tan-Tan...
    Quiconque s’intéresse aux « choses de l’air » s’intéresse aussi à ceux et celles qui construisirent la saga aéronautique. Quand, en plus, le terrain de leurs aventures n’est pas si éloigné, Tan-Tan, alors on prend son atlas et on ouvre Google Earth, puis on regarde un peu plus en détail les...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Vers les Cyclades
    Elie Bensimhon a rejoint le Rallye Aero France pour sa 21e édition: destination les Balkans et la Grèce. Soleil, mer bleu azur et culture étaient au rendez-vous.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Oléron, Terre d'envol
    L’île d’Oléron au bord du pertuis d’Antioche est une destination estivale appréciée. Entre les pilotes de passage et les aviateurs autochtones. La découverte d’une (presque) île par les airs est une invitation au voyage. Les Ailes Oléronaises vous accueilleront autour d’une bière locale!
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Cap sur les Shetland
    En juin, dix pilotes de la Flying Badgers Team ont décidé de rejoindre les îles Shetland en passant par les îles françaises de l’Atlantique, les îles Anglo-Normandes, l’Irlande et les îles Hébrides, et un retour par l’Angleterre.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Rallye Aéro-France 2014 : Espagne Portugal
    Après le fabuleux voyage en Israël que Rallye Aero France avait réalisé en 2013, et l'intense préparation qui l’avait précédé, nous avions décidé pour 2014 de faire un parcours plus court, plus simple à organiser. De plus, pour les 20 ans de l’organisation, pourquoi ne pas revenir là où...
    Lire la suite...
a et p facebook
Print Friendly, PDF & Email