Polverelli Août 2018

Au sommaire ce mois-ci dans votre magazine :

Piper M Class, lequel sera le vôtre ?

Si vous désirez six sièges, une vitesse de croisière supérieure à 200 KTAS et le confort d’une cabine pressurisée, dans la famille P...

Lire l'article

ForeFlight Europe

Les pilotes européens ayant expérimenté l’application ForeFlight aux USA attendaient depuis longtemps son arrivée sur le vieux con...

Lire l'article

France Air Expo

Cette année, France Air Expo a choisi Le Bourget pour réunir constructeurs, équipementiers et pratiquants de notre aviation générale. C...

Lire l'article

Atterrissage sur le ventre

Marcel Large, pilote aux 6 000 heures de vol, a été contraint de poser sur le ventre son Piper Twin Comanche en février dernier à Ro...

Lire l'article

Le Temps des Hélices

Comme chaque année, le meeting de la Ferté-Alais est le rendez-vous incontournable des amoureux des belles machines volantes. Le photograp...

Lire l'article

Et si vous construisiez ?

La construction amateur est une aventure, humaine et technique. Elle teste votre endurance et parfois vous rapproche de passionnés comme vo...

Lire l'article

EBACE 2018

EBACE, la grand-messe de l’aviation d’affaires, s’est tenue à Genève fin avril. L’ambiance était électrique, le monde des affair...

Lire l'article

80 000 heures de vol

À l’initiative de l’association Rotors du Monde, un hommage a été rendu, au printemps dernier, à Morez (39), à trois pilotes d’h...

Lire l'article

Make Air France great again!

En annulant à la dernière minute un préavis de grève, l’essentiel de l’intersyndicale semble vouloir l’apaisement ; le SPAF, lui, ...

Lire l'article

Trek Aéro Afrique

Alain et Philippe ont participé avec leur DR 253 au Trek Aéro Afrique 2017. Lors de cette édition, rien ne se passe comme prévu : ils ...

Lire l'article

Per Ardua ad Astra

Le ciel était bas et lourd ce vendredi 1er juin, je contemplais mes pieds en marchant dans Paris, anonyme parmi les anonymes, quand un Falcon précédé de deux Rafale nous a tous contraints à lever les yeux un instant vers les cieux. Un hommage involontaire car la plupart des Parisiens ne savaient certainement pas, ou peut-être se moquaient bien que, dans la cour des Invalides, le Premier ministre rende un hommage national à Serge Dassault, en des termes pompeux que le citoyen ordinaire ne pouvait croire sincère : « Visionnaire et patriote, incarnant les différents visages du génie français, Serge Dassault n’a pas seulement consolidé un monument spectaculaire de notre patrimoine industriel, il a aussi contribué à la grandeur industrielle de la France… ».

Les hommes volants, dont vous et moi faisons partie, savent bien que les mots d’Édouard Philippe étaient vrais. Tous ceux qui ont eu l’occasion d’approcher Serge Dassault ont su instinctivement que, derrière le Polytechnicien et l’ingénieur de Sup’Aéro, derrière le riche et puissant patron, se cachait un homme simple, heureux d’échanger avec les pilotes, les futurs pilotes et ingénieurs lors d’un salon ou au hasard d’un repas improvisé, de partager ses convictions, sans s’impatienter, jusqu’à désespérer l’équipage de son Falcon qui finissait par repartir sans lui !

Nous avons aimé sincèrement l’homme et aimerons toujours tous les hommes de Dassault pour les valeurs qu’ils véhiculent. Ainsi, j’ai, sur une étagère, une plaque de verre que je regarde parfois, que nous avions fait graver en 2005 avec les mots « Per Ardua ad Astra », à travers l’adversité jusqu’aux étoiles, afin de l’offrir aux aventuriers de notre Cap sur Oshkosh, dont faisait partie Dassault : une collaboration merveilleuse due à la participation d’un vieil MD 312 Flamant. Cette aventure-là a été incroyable, toutes les difficultés se sont aplanies grâce à l’effet levier Dassault, et elle nous a donné assez d’énergie et de confiance pour organiser ensuite d’autres aventures majuscules pour nos lecteurs.

L’aviation est un combat permanent, cela a été le cas pour Serge Dassault et c’est toujours plus ou moins le cas pour tout le monde. Rien n’est jamais gagné d’avance. C’est ce que j’ai rappelé à Didier Mary, l’organisateur du France Air Expo, un petit salon aéronautique français qui avait trouvé son public au fil des ans et qui vient de fermer ses portes. Succès discutable car France Air Expo a été boudé par trop d’exposants qui ne voulaient pas entendre parler de l’aéroport du Bourget comme lieu d’exposition, boudé par des visiteurs qui ne pouvaient s’offrir un handling obligatoire à 300 euros HT, et même par Dame Météo qui avait érigé des barrières de cunimbs un peu partout en France. Et pourtant il y avait tellement d’idées, de talent et d’envies perceptibles dans les allées. C’est pourquoi Didier ne baissera pas les bras comme nous l’avions craint un moment, il organisera son prochain salon à Lyon-Bron.

Ne jamais baisser les bras, c’est ce que nous recommandons à tous, comme ces propriétaires d’ULM rapides qui sont venus nous harceler sur notre stand, se désespérant des évolutions timides de la FFPLUM qui ne veut pas voir évoluer la masse des ULM à plus de 525 kg, parachute compris, alors que le reste de l’Europe vise 600 kg. Au nom de la préservation d’un système déclaratif et permissif ? Selon nos lecteurs, c’est simplement oublier les quelque 2 000 pilotes (et non pas 200), les propriétaires d’environ 1 500 machines (et non pas 150), qui souhaitent pouvoir voyager à deux, donc avec des bagages et du carburant, sans décoller en surcharge ! Quelques contraintes contre le fait de piloter dans les règles leur semblent évidemment acceptables, en tout cas cela vaut la peine d’y réfléchir ainsi qu’on le fait partout ailleurs qu’en France.

Sébastien Perrot, président de la FFPLM, est convaincu du contraire ? Jean-Luc Charron, président de la FFA, doit y réfléchir mais ne promet rien ? Eh bien, que ceux qui veulent que soit reconnu leur droit à voler légalement aux commandes d’ULM dans la tranche des 525-600 kg, se battent pour cela, sans jamais se décourager car le chemin est ardu jusqu’aux étoiles !

Jacques Callies

Actualités

Carnets de vol

Les récits de nos lecteurs

  • LIRE CE RÉCIT
    Week-end à Longyearbyen
    Rejoindre l’archipel du Svalbard et l’Île du Spitzberg en moins de deux jours, c’est le pari réussi de quatre amis. Jacques Callies nous raconte ce vol à travers la Norvège, du sud à l’extrême nord, vers l’un des secteurs les plus beaux de la planète, où l’accueil norvégien est...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Convoyeur de TBM
    Le ferry pilot fait partie d’une espèce privilégiée. Il reste le seul professionnel payé pour piloter des avions de tous types, dans des conditions compliquées, partout à travers la planète. Jacques Callies a voyagé vers Miami en TBM 930 aux côtés de Jacques Raissiguier, dit Jack.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Let's fly away to the sun !
    Partir à l’aventure le nez au vent ou plutôt tourné vers le soleil, sans effectuer aucune réservation, tel a été le choix de Fred et de Nico cette année. Une sage décision quand on pratique le voyage VFR puisque leur tour de France s’est transformé en navigation vers la Suède.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Iles Feroe, Vagar, si désiré
    Vágar, le seul aérodrome des Îles Féroé, est l’escale rêvée lorsque l’on vole vers l’Islande. Malheureusement, pluie et brouillard recouvrent le secteur 260 jours par an en moyenne. Le rêve de Jacques Callies était donc de pouvoir enfin s’y poser. Récit d’un vol assez compliqué.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Cap Nord à tire-d'aile
    Propriétaire d’un TB20, Colombo Vandi a entrepris avec Agnès un périple dont ils rêvaient : rejoindre le Cap Nord, dans le comté de Finnmark, en Norvège. Ils ont décollé de Fano, en Italie, destination l’aéroport de Valan-Honningsvag.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Tour d’Écosse
    Frédéric Braun et ses amis, pilotes privés hélicoptères, décident de sortir de leurs habituelles navigations pour aller plus loin : destination l’Ecosse. Ils sont partis à six en juin avec deux Robinson R44.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    De Miami à San Francisco
    Vincent et Thomas, après avoir passé leur ATPL en Angleterre, ont décidé de monter leurs heures aux États-Unis. Ce choix les a conduits à traverser le pays d’est en ouest en Cessna 152. Un voyage de 19 jours avec 5 800 Nm parcourus en 88 heures de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voyager pour monter ses heures: Charleroi Marrakech
    Donald et Bastien, en formation pour devenir pilotes de ligne, entreprennent de rejoindre le Maroc en PA-28 depuis la Belgique pour monter leurs heures de vol. Ils sont partis 11 jours et ont effectué 36 h 54 min de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Et si vous décolliez sur les traces de Saint-Ex ?
    Directeur du Rallye Toulouse Saint-Louis, Jean-Jacques Galy aimerait vous entraîner à votre tour à travers le continent africain jusqu’à Dakar. Il raconte avec passion Daurat, Mermoz, Saint-Exupéry… et tous les autres, bien vivants cette fois, qui ont suivi la dernière édition.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Découvrir l'Australie en C172
    CARNET DE VOL Découvrir l'Australie en C172 Par Régis Hua-Van, Photos de l'Auteur et Josiane Ayant la chance d’avoir de temps à autre 48 heures d’escale à Melbourne, je réalise le rêve de beaucoup de Français attirés par les contrées lointaines. Avec ses 17 000 km depuis Paris, Melbourne répond donc à ce critère d’éloignement et...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voir Tan-Tan...
    Quiconque s’intéresse aux « choses de l’air » s’intéresse aussi à ceux et celles qui construisirent la saga aéronautique. Quand, en plus, le terrain de leurs aventures n’est pas si éloigné, Tan-Tan, alors on prend son atlas et on ouvre Google Earth, puis on regarde un peu plus en détail les...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Vers les Cyclades
    Elie Bensimhon a rejoint le Rallye Aero France pour sa 21e édition: destination les Balkans et la Grèce. Soleil, mer bleu azur et culture étaient au rendez-vous.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Oléron, Terre d'envol
    L’île d’Oléron au bord du pertuis d’Antioche est une destination estivale appréciée. Entre les pilotes de passage et les aviateurs autochtones. La découverte d’une (presque) île par les airs est une invitation au voyage. Les Ailes Oléronaises vous accueilleront autour d’une bière locale!
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Cap sur les Shetland
    En juin, dix pilotes de la Flying Badgers Team ont décidé de rejoindre les îles Shetland en passant par les îles françaises de l’Atlantique, les îles Anglo-Normandes, l’Irlande et les îles Hébrides, et un retour par l’Angleterre.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Rallye Aéro-France 2014 : Espagne Portugal
    Après le fabuleux voyage en Israël que Rallye Aero France avait réalisé en 2013, et l'intense préparation qui l’avait précédé, nous avions décidé pour 2014 de faire un parcours plus court, plus simple à organiser. De plus, pour les 20 ans de l’organisation, pourquoi ne pas revenir là où...
    Lire la suite...
Total juin 2018