Sondage 2018

Au sommaire ce mois-ci dans votre magazine :

Sonaca 200 Trainer

Après deux ans de travail et de modifications majeures, l’avionneur belge Sonaca Aircraft est en passe d’obtenir la certification CS-VL...

Lire l'article

Quand faut-il acheter ?

Une première réponse est psychologique : quand vous voulez vous affranchir d’un système de location qui ne vous donne pas l’indépe...

Lire l'article

L’électrique est pour demain

L’énergie électrique ne tardera pas à arriver dans nos avions. Certains modèles existent déjà comme l’Alpha Electro en Europe ou l...

Lire l'article

La Red Bull Air Race enfin en France !

La Red Bull Air Race, accueillie en France pour la première fois, a remporté un vif succès. Nous y étions, avantageusement représentés...

Lire l'article

Devis de masse et centrage

Notre instructeur Yves Brucker rappelle pourquoi il est important de calculer le poids et le centrage d’un avion. Ce devis ne prend que qu...

Lire l'article

Sans aéroports, plus d’aviation !

 

Depuis que l’EASA s’est décidée à revoir les règles qui régissent l’aviation générale, nous avions retrouvé l’espoir. Nous allions enfin avoir un cadre réglementaire adapté à la taille de nos avions, qui allait nous permette de défroisser nos ailes, trop longtemps fripées par des règlements abusifs.

Mais, après une longue conversation avec l’un de nos lecteurs étrangers, plutôt remonté contre la France et l’immobilisme des pilotes français, j’ai compris que cette embellie tant attendue était menacée par des ennemis sournois, qui se servent de notre innocence ou de notre optimisme naturel pour nous poignarder subrepticement dans le dos : il s’agit des nouveaux gestionnaires d’aérodromes.

Ce pilote francophile, propriétaire d’un Piper monomoteur 6 places, avait été facturé 370 euros pour deux jours d’escale, soit plus du double du prix indiqué avant qu’il ne vienne atterrir sur un aérodrome à la mode du sud de la France. Un prix déjà bien augmenté selon cet habitué de l’aérodrome en question.

Comme les doléances de pilotes nous arrivent depuis quelque temps de toutes parts, faisant état généralement d’un handling obligatoire fort peu en adéquation avec les moyens de l’aviation générale, cette dernière risque cette fois-ci de mourir asphyxiée par manque d’aérodromes secondaires accessibles. Où poserons-nous nos roues bientôt si les taxes s’envolent partout ? Nulle part, ce qui est paradoxal quand on sait que la France dispose d’un maillage d’aérodromes unique en Europe !

Les taxes d’atterrissage sont donc devenues l’arme fatale des nouveaux gestionnaires qui veulent donner la priorité aux compagnies commerciales à bas coût et aux vols d’affaires : « Nous comprenons bien que vous ne pouvez pas cohabiter avec l’aviation générale qui vous fait perdre du temps, donc de l’argent. On va s’occuper du problème ! ». Ce qui est tragique, c’est qu’une fois les subventions épuisées, les low costs s’en vont et l’aérodrome est alors silencieux pour très, très longtemps…

Certes, ce n’est pas nouveau, la sélection par l’argent a commencé dans les années quatre-vingt-dix, par l’aérodrome parisien du Bourget où nous avions nos habitudes quand nous rentrions de reportage la nuit avec notre Seneca. Un matin, j’ai été effaré par la facture qui m’a été présentée chez Transair : « C’est fini pour vous, Le Bourget. Les opérateurs de la plateforme ne veulent plus d’avions à hélices ! » La dernière fois que j’y ai accompagné le pilote professionnel d’un Cessna Mustang, il s’est acquitté de 700 euros pour sa demi-journée d’escale, sans sourciller !

Le phénomène n’est donc pas nouveau mais il se généralise à toute vitesse : Cannes, Marseille, Nantes, Auxerre, Lyon, La Môle… Ces aéroports utilisés par l’aviation d’affaires sont tentés de réserver leurs installations à des jets dont les exploitants ne s’inquiètent pas de devoir dépenser des centaines d’euros pour une brève escale.

Ailleurs, des aéro-clubs deviennent indésirables, chassés par des taxes d’atterrissage décuplées, des hausses de loyer insensées, le manque de places de parking, un handling obligatoire et parfois des NOTAM interdisant le terrain en saison touristique.

Notre infrastructure aéronautique nous est progressivement interdite du fait d’une sélection évidente par l’argent. Et quand l’argent n’est pas en cause, c’est alors la Douane dont l’absence tue les aérodromes autrefois PPF et blesse gravement le tissu économique local. Ou bien la difficulté à se ravitailler en carburant si l’on ne dispose pas de la carte idoine. Et aussi l’impossibilité d’accéder à son avion si un membre du club local n’est pas présent. Et enfin l’indifférence des maires, des conseillers régionaux et autres qui n’ont toujours pas intégré le fait qu’un kilomètre de route ne mène nulle part mais qu’un kilomètre de piste mène au monde entier !

Le temps est venu pour nous tous de nous intéresser de près à l’avenir de nos 475 aérodromes. Même s’ils ne sont pas suffisamment utilisés, ils restent le fruit de la sueur de nos aînés et ils appartiennent d’une certaine manière à nous tous, contribuables français. À nous de les faire protéger pour les générations de pilotes à venir !

Jacques Callies

Actualités

Carnets de vol

Les récits de nos lecteurs

  • LIRE CE RÉCIT
    Week-end à Longyearbyen
    Rejoindre l’archipel du Svalbard et l’Île du Spitzberg en moins de deux jours, c’est le pari réussi de quatre amis. Jacques Callies nous raconte ce vol à travers la Norvège, du sud à l’extrême nord, vers l’un des secteurs les plus beaux de la planète, où l’accueil norvégien est...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Convoyeur de TBM
    Le ferry pilot fait partie d’une espèce privilégiée. Il reste le seul professionnel payé pour piloter des avions de tous types, dans des conditions compliquées, partout à travers la planète. Jacques Callies a voyagé vers Miami en TBM 930 aux côtés de Jacques Raissiguier, dit Jack.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Let's fly away to the sun !
    Partir à l’aventure le nez au vent ou plutôt tourné vers le soleil, sans effectuer aucune réservation, tel a été le choix de Fred et de Nico cette année. Une sage décision quand on pratique le voyage VFR puisque leur tour de France s’est transformé en navigation vers la Suède.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Iles Feroe, Vagar, si désiré
    Vágar, le seul aérodrome des Îles Féroé, est l’escale rêvée lorsque l’on vole vers l’Islande. Malheureusement, pluie et brouillard recouvrent le secteur 260 jours par an en moyenne. Le rêve de Jacques Callies était donc de pouvoir enfin s’y poser. Récit d’un vol assez compliqué.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Cap Nord à tire-d'aile
    Propriétaire d’un TB20, Colombo Vandi a entrepris avec Agnès un périple dont ils rêvaient : rejoindre le Cap Nord, dans le comté de Finnmark, en Norvège. Ils ont décollé de Fano, en Italie, destination l’aéroport de Valan-Honningsvag.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Tour d’Écosse
    Frédéric Braun et ses amis, pilotes privés hélicoptères, décident de sortir de leurs habituelles navigations pour aller plus loin : destination l’Ecosse. Ils sont partis à six en juin avec deux Robinson R44.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    De Miami à San Francisco
    Vincent et Thomas, après avoir passé leur ATPL en Angleterre, ont décidé de monter leurs heures aux États-Unis. Ce choix les a conduits à traverser le pays d’est en ouest en Cessna 152. Un voyage de 19 jours avec 5 800 Nm parcourus en 88 heures de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voyager pour monter ses heures: Charleroi Marrakech
    Donald et Bastien, en formation pour devenir pilotes de ligne, entreprennent de rejoindre le Maroc en PA-28 depuis la Belgique pour monter leurs heures de vol. Ils sont partis 11 jours et ont effectué 36 h 54 min de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Et si vous décolliez sur les traces de Saint-Ex ?
    Directeur du Rallye Toulouse Saint-Louis, Jean-Jacques Galy aimerait vous entraîner à votre tour à travers le continent africain jusqu’à Dakar. Il raconte avec passion Daurat, Mermoz, Saint-Exupéry… et tous les autres, bien vivants cette fois, qui ont suivi la dernière édition.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Découvrir l'Australie en C172
    CARNET DE VOL Découvrir l'Australie en C172 Par Régis Hua-Van, Photos de l'Auteur et Josiane Ayant la chance d’avoir de temps à autre 48 heures d’escale à Melbourne, je réalise le rêve de beaucoup de Français attirés par les contrées lointaines. Avec ses 17 000 km depuis Paris, Melbourne répond donc à ce critère d’éloignement et...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voir Tan-Tan...
    Quiconque s’intéresse aux « choses de l’air » s’intéresse aussi à ceux et celles qui construisirent la saga aéronautique. Quand, en plus, le terrain de leurs aventures n’est pas si éloigné, Tan-Tan, alors on prend son atlas et on ouvre Google Earth, puis on regarde un peu plus en détail les...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Vers les Cyclades
    Elie Bensimhon a rejoint le Rallye Aero France pour sa 21e édition: destination les Balkans et la Grèce. Soleil, mer bleu azur et culture étaient au rendez-vous.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Oléron, Terre d'envol
    L’île d’Oléron au bord du pertuis d’Antioche est une destination estivale appréciée. Entre les pilotes de passage et les aviateurs autochtones. La découverte d’une (presque) île par les airs est une invitation au voyage. Les Ailes Oléronaises vous accueilleront autour d’une bière locale!
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Cap sur les Shetland
    En juin, dix pilotes de la Flying Badgers Team ont décidé de rejoindre les îles Shetland en passant par les îles françaises de l’Atlantique, les îles Anglo-Normandes, l’Irlande et les îles Hébrides, et un retour par l’Angleterre.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Rallye Aéro-France 2014 : Espagne Portugal
    Après le fabuleux voyage en Israël que Rallye Aero France avait réalisé en 2013, et l'intense préparation qui l’avait précédé, nous avions décidé pour 2014 de faire un parcours plus court, plus simple à organiser. De plus, pour les 20 ans de l’organisation, pourquoi ne pas revenir là où...
    Lire la suite...
Total juin 2018