TRIG sept-nov 19

Au sommaire ce mois-ci dans votre magazine :

ATEC 321 Faeta NG

C’est à Avignon, chez ATA by Pelletier, son nouveau distributeur français, que nous sommes allés essayer le nouveau Faeta tout carbone,...

Lire l'article

Changer son éclairage

Les avions sont notoirement sous-équipés en matière d’éclairage alors qu’il peut être crucial, mais il existe de nombreuses solutio...

Lire l'article

MAKS, le Bourget russe

Toutes les années impaires depuis 1993, se tient à Moscou le Salon International Aéronautique et Aérospatial. Pilote privé, voltigeur e...

Lire l'article

Blois, French Sun’n Fun

Blois, c’est Aero près de chez soi. Il n’y a pas la foison de nouveautés allemandes, mais, ici, on touche, on vole, on a le temps ...

Lire l'article

Dynali H3 Sport

De construction éprouvée et au profil très aérodynamique, ce biplace ultraléger regorge de technologies avancées. Sa fiabilité et ses...

Lire l'article

Vanel, champion du monde

Les 30e championnats du monde de voltige aérienne se sont déroulés du 22 au 31 août sur l’aéroport Marcel Dassault-Châteauroux. ...

Lire l'article

Airways Collège

À Agen, on s’efforce de former des pilotes avec un haut de degré de technicité. Les promotions passent par le Château Lasalle pour un ...

Lire l'article

Apprendre à gérer les positions inusuelles

L’EASA a imposé une formation à la prévention et à la récupération à la suite d’une perte de contrôle dans le cursus pro...

Lire l'article

Rallye de Tunisie

Philippe Joly a accompagné l’un des équipages inscrit au 32e Rallye aérien international de Tunisie, du 27 avril au 5 mai, une co...

Lire l'article

Ne jetez pas le vieux pilote !

Vendredi dernier, à l’heure où 4 millions de Parisiens et Franciliens tentaient de rentrer chez eux dans de grandes difficultés, parce que les conducteurs de leurs métros et RER défendaient leurs régimes de retraite spéciaux, j’étais chez moi en train de penser à mon prochain soliloque avec vous. Et je souhaitais qu’il soit heureux car le précédent ne l’avait pas été : souvenez-vous, j’y avais taclé la jeune Greta Thunberg.

Et voilà que je remets cela, en m’en prenant cette fois à un vieux comme moi, car, ce même soir, en zappant d’une chaîne d’info à l’autre, je suis tombé sur l’émission de Brunet-Neumann sur BFM TV. L’invité était Jean-Luc Mélenchon, et comme je l’espérais, celui-ci a été captivant, mais il a tout gâché, de mon point de vue, en déclarant à propos des régimes spéciaux et de l’âge du départ à la retraite : « Je rêve de 60 ans pour tout le monde et de 40 annuités, mais je trouve normal que, dans certains métiers, on parte avant. Vous allez faire travailler des gens jusqu’à 65, 66 ans ? Vous montez dans l’avion où il y a un pilote qui a 66 ans, Brunet ? Ça vous va comme idée ? Ouais, vous êtes comme moi, vous montez dans le suivant ! » L’éditorialiste n’a pas relevé, il n’avait rien à dire sur le sujet.

Il se trouve que j’accompagnais, quelques jours avant, Jean-Michel Bossuet à Agen pour qu’il puisse y rencontrer Jérôme Binachon, le nouveau patron d’Airways, plus connu pour l’heure comme le pilote qui a quitté autrefois Air France pour fonder la société de simulateurs Alsim. Je ne voulais pas manquer leur rencontre car elle avait été maintes fois reportée, cet agitateur d’idées patenté qu’est Jérôme n’est jamais là où on le croit. Je ne veux pas déflorer ici l’article de notre Tintin à nous, mais, une fois encore, j’ai été surpris par la pertinence du propos de notre hôte, même quand il est arrosé d’un Bordeaux de bonne facture, et tard dans la nuit.

Après que nous ayons longuement parlé de la formation des pilotes aujourd’hui, du métier de la ligne et des nouveaux concepts qu’il souhaitait mettre en avant chez Airways alors qu’ils me semblent aller à l’encontre de ses intérêts, Jérôme m’a posé une question à laquelle j’aurais été incapable de répondre, même l’esprit clair : « Sais-tu combien vaut réellement un pilote de ligne quand tout fonctionne à bord de son Airbus ? Pas plus que le SMIC. Et sais-tu pourquoi on le paye dix ou quinze fois plus que le SMIC ? Pour qu’il sauve l’Airbus et ses centaines de passagers si l’avion merde, alors que la chance que cela arrive est infinitésimale. La vraie question est donc : en serait-il capable aujourd’hui ? En cette période de tension sur le marché de l’emploi, forme-t-on suffisamment longtemps et bien les pilotes ? »

Je ne saurais en juger, mais on m’a rapporté que les pilotes ENAC d’aujourd’hui sortent effectivement de notre célèbre école nationale, grande pourvoyeuse de copilotes pour Air France depuis toujours, avec trois fois moins d’expérience qu’autrefois. Et que ce serait le cas presque partout, même au Canada, où il était impensable jusqu’à récemment de piloter un gros-porteur sans avoir gravi tous les échelons, depuis l’instruction sur monomoteur jusqu’au commuter régional, en passant par l’avion de brousse, ce qui prenait des milliers d’heures de vol et parfois dix ans.

Ce dont je suis sûr, par contre, et cela devrait rassurer les passagers anxieux comme Mélenchon, c’est que le métier de pilote s’apprend sur la durée et par le compagnonnage, en partageant un cockpit avec un aîné, sans être forcément totalement efficace. J’ai eu cette chance lors de mes premières transatlantiques alors que, jeune homme, je n’étais pas encore IFR. J’ai appris peu à peu à gérer la nuit, les orages, le givre, la foudre et les pannes auprès de pilotes confirmés, de mes frères aînés dont c’était le métier, tels les Boyé, Chauzit, Dessart, Lacam, Sochor, Taylor, Weir et d’autres auxquels je voue, aujourd’hui encore, une reconnaissance sincère et dont les conseils me servent toujours.

Et ce sera ainsi de génération en génération, comme me l’a rappelé Emmanuel Davidson, que je considère comme particulièrement doué aux commandes d’un avion, et qui m’a rappelé m’avoir, autrefois, suivi dans mes vols, sans trop savoir pourquoi il était à mes côtés puisqu’il était encore VFR, et pas forcément qualifié sur la machine. Mais que, tout comme pour moi, cela avait été essentiel pour sa vie de pilote.

Monsieur Mélenchon, ne jetez pas donc le vieux pilote car il est indispensable au jeune pilote qui se retrouve trop tôt assis à ses côtés, c’est lui qui va lui apprendre la vraie vie. Vous qui n’êtes pas encore retraité à 68 ans et qui ne semblez pas pressé de l’être, devinez à quoi rêvent régulièrement la plupart des retraités de la ligne à 80 ans ? Qu’ils pilotent encore un Airbus ou un Boeing, bien sûr.

Jacques CALLIES

Print Friendly, PDF & Email

Actualités

Carnets de vol

Les récits de nos lecteurs

  • LIRE CE RÉCIT
    Week-end à Longyearbyen
    Rejoindre l’archipel du Svalbard et l’Île du Spitzberg en moins de deux jours, c’est le pari réussi de quatre amis. Jacques Callies nous raconte ce vol à travers la Norvège, du sud à l’extrême nord, vers l’un des secteurs les plus beaux de la planète, où l’accueil norvégien est...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Convoyeur de TBM
    Le ferry pilot fait partie d’une espèce privilégiée. Il reste le seul professionnel payé pour piloter des avions de tous types, dans des conditions compliquées, partout à travers la planète. Jacques Callies a voyagé vers Miami en TBM 930 aux côtés de Jacques Raissiguier, dit Jack.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Let's fly away to the sun !
    Partir à l’aventure le nez au vent ou plutôt tourné vers le soleil, sans effectuer aucune réservation, tel a été le choix de Fred et de Nico cette année. Une sage décision quand on pratique le voyage VFR puisque leur tour de France s’est transformé en navigation vers la Suède.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Iles Feroe, Vagar, si désiré
    Vágar, le seul aérodrome des Îles Féroé, est l’escale rêvée lorsque l’on vole vers l’Islande. Malheureusement, pluie et brouillard recouvrent le secteur 260 jours par an en moyenne. Le rêve de Jacques Callies était donc de pouvoir enfin s’y poser. Récit d’un vol assez compliqué.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Cap Nord à tire-d'aile
    Propriétaire d’un TB20, Colombo Vandi a entrepris avec Agnès un périple dont ils rêvaient : rejoindre le Cap Nord, dans le comté de Finnmark, en Norvège. Ils ont décollé de Fano, en Italie, destination l’aéroport de Valan-Honningsvag.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Le Tour d’Écosse
    Frédéric Braun et ses amis, pilotes privés hélicoptères, décident de sortir de leurs habituelles navigations pour aller plus loin : destination l’Ecosse. Ils sont partis à six en juin avec deux Robinson R44.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    De Miami à San Francisco
    Vincent et Thomas, après avoir passé leur ATPL en Angleterre, ont décidé de monter leurs heures aux États-Unis. Ce choix les a conduits à traverser le pays d’est en ouest en Cessna 152. Un voyage de 19 jours avec 5 800 Nm parcourus en 88 heures de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voyager pour monter ses heures: Charleroi Marrakech
    Donald et Bastien, en formation pour devenir pilotes de ligne, entreprennent de rejoindre le Maroc en PA-28 depuis la Belgique pour monter leurs heures de vol. Ils sont partis 11 jours et ont effectué 36 h 54 min de vol.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Et si vous décolliez sur les traces de Saint-Ex ?
    Directeur du Rallye Toulouse Saint-Louis, Jean-Jacques Galy aimerait vous entraîner à votre tour à travers le continent africain jusqu’à Dakar. Il raconte avec passion Daurat, Mermoz, Saint-Exupéry… et tous les autres, bien vivants cette fois, qui ont suivi la dernière édition.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Découvrir l'Australie en C172
    CARNET DE VOL Découvrir l'Australie en C172 Par Régis Hua-Van, Photos de l'Auteur et Josiane Ayant la chance d’avoir de temps à autre 48 heures d’escale à Melbourne, je réalise le rêve de beaucoup de Français attirés par les contrées lointaines. Avec ses 17 000 km depuis Paris, Melbourne répond donc à ce critère d’éloignement et...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Voir Tan-Tan...
    Quiconque s’intéresse aux « choses de l’air » s’intéresse aussi à ceux et celles qui construisirent la saga aéronautique. Quand, en plus, le terrain de leurs aventures n’est pas si éloigné, Tan-Tan, alors on prend son atlas et on ouvre Google Earth, puis on regarde un peu plus en détail les...
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Vers les Cyclades
    Elie Bensimhon a rejoint le Rallye Aero France pour sa 21e édition: destination les Balkans et la Grèce. Soleil, mer bleu azur et culture étaient au rendez-vous.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Oléron, Terre d'envol
    L’île d’Oléron au bord du pertuis d’Antioche est une destination estivale appréciée. Entre les pilotes de passage et les aviateurs autochtones. La découverte d’une (presque) île par les airs est une invitation au voyage. Les Ailes Oléronaises vous accueilleront autour d’une bière locale!
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Cap sur les Shetland
    En juin, dix pilotes de la Flying Badgers Team ont décidé de rejoindre les îles Shetland en passant par les îles françaises de l’Atlantique, les îles Anglo-Normandes, l’Irlande et les îles Hébrides, et un retour par l’Angleterre.
    Lire la suite...
  • LIRE CE RÉCIT
    Rallye Aéro-France 2014 : Espagne Portugal
    Après le fabuleux voyage en Israël que Rallye Aero France avait réalisé en 2013, et l'intense préparation qui l’avait précédé, nous avions décidé pour 2014 de faire un parcours plus court, plus simple à organiser. De plus, pour les 20 ans de l’organisation, pourquoi ne pas revenir là où...
    Lire la suite...
Total juillet 2019
Continental sept. 2019
a et p facebook
Print Friendly, PDF & Email