Le constructeur américain Boeing a annoncé avoir livré 763 avions en 2017, un chiffre en hausse de 2% en un an. C’est un de plus qu’en 2015 et dans la valeur moyenne (entre 760 et 765 prévus) que les dirigeants s’étaient fixée. C’est un nouveau record de production alors que la gamme évolue vers des modèles plus performants. Parmi les avions livrés, le best-seller reste le B737 avec 529 livraisons, dont 74 de la série MAX, il est devant le B787 qui a fait l’objet de 136 livraisons. Le B777 connaît une certaine forme de désaffection, les clients préférant attendre la dernière version le triple 7X. Sur le plan des commandes, le constructeur reste légèrement en deçà des 1000 commandes. 71 compagnies ont commandé 912 appareils soit une valeur de 134,8 milliards de dollars au prix catalogue, cela reste une progression de 36,5% de hausse sur une année. En 2017, le 787 a été commandé à plus de 100 exemplaires contre 60 pour le fameux money maker qu’était le B777. On sait que le B787 a séduit désormais les compagnies, compte tenu de la baisse sensible des coûts d’exploitation et plus particulièrement de carburant. Au global, le carnet de commandes est de 5864 appareils. En face, son grand concurrent Airbus devrait dévoiler ses chiffres la semaine prochaine. Mais sur le plan des livraisons, Airbus pourrait rester à 703 livraisons. C’est sur le plan des commandes que le constructeur européen a pris un net avantage sur Boeing, plus particulièrement en fin d’année. La commande d’indigo de 430 Airbus A320neo, celle de CALC (China Aircraft Leasing Group holding limited) pour cinquante appareils, mais surtout celle que le président Macron a décrochée en Chine, soit 184 A320neo devrait faire passer à Airbus le cap des 1000 commandes. Ces chiffres sont en parfaite corrélation avec la croissance du trafic mondial et la tendance à deux chiffres en Chine où les besoins sont énormes.