Le vol Paris-Nice par la ligne dure environ une heure. C’est une occasion idéale pour nettoyer l’album de photos de mon smartphone : j’en suis déjà à plus de 15 000… Et on ne peut pas dire que je n’ai pas de doublons… Et puis, on ne peut pas dire que je n’ai pas beaucoup de photos du ciel, de la terre et des cockpits ! Au contraire ! Bref, on ne peut pas dire que mes photos ne se ressemblent pas, mais en même temps, chacune, et spécialement celles du registre aérien, est unique. J’ai du mal à les effacer : « Ici on voit bien le Cb. Là un peu mieux, avec l’aile ce qui nous donne une notion de distance. » Vraiment, que faire avec tout ça dans l’ère du numérique ? Tout mettre sur le « cloud » ? Les regarderai-je vraiment un jour ? Ou je les partagerai ? Ce n’est pas intéressant pour tout le monde, loin de là. La réponse à cette problématique qui ne me concerne pas uniquement est venue seulement quelques jours plus tard.

[…]