Les mois d’hiver ne sont pas bons pour apprendre à voler. J’en ai fait les frais avec une formation interrompue plusieurs semaines. La météo m’a planté. En revenant à Mach-01, mon école, j’espère bien que le timing sera le bon. Quand je passe la porte, Alain Leboulenger me présente mon nouvel instructeur. Bon, OK… Je ne sais pas si je l’ai indisposé, ce qui compte, c’est d’avancer ! Bernard est donc mon nouveau prof, les cheveux en bataille, mince, un look de retraité qui ne tient pas en place, mais une visage qui inspire l’empathie. C’est un ancien d’Air France, ex-mécano nav passé pilote et donc calé sur les procédures.

Dès les premières minutes, je sais à quoi m’en tenir : pas question de faire l’impasse sur la prévol, même pour gagner du temps. On fait le tour du zinc, on jette un œil sur l’huile en brassant l’hélice pour avoir une idée précise du niveau. Me voilà en train de brasser un Rotax comme les aviateurs des années trente ou Jacques et son Yak, il y a quelques années.

[…]